Ecolobio

image liens

Par EcolobioNKC - publié le vendredi 19 mai 2017 à 12:46 dans les images
https://www.google.com/search?q=photo+banc+d%27arguin&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0ahUKEwir2L3w4_vTAhXJbVAKHegKD20QsAQIJQ&biw=1366&bih=662#tbm=isch&q=photo+banc+d’arguin+nouakchott&imgrc=_

Théodore Géricault

Par EcolobioNKC - publié le jeudi 6 avril 2017 à 10:04
Théodore Géricault est un peintre et lithographe français né le 26 septembre 1791 à Rouen et mort le 26 janvier 1824 à Paris . Il est le premier des romantiques,il fut aussi l’un des précurseurs du réalisme. Son oeuvre témoigne du monde qui disparut avec l’Ancien Régime et de celui qui lui a succédé , de l’Empire à la Restauration: Théodore Géricault (Rouen 1791 – Paris 1824), est formé d’abord par Carle Vernet (1808) puis par Guérin (1810). IL a copie au Louvre les ½uvres de Rubens et du Caravage, et présenté au Salon de 1812 « Officier de chasseurs » qui lui vaut un grand succès.

LE CARNET DU VOYAGE

Par EcolobioNKC - publié le vendredi 31 mars 2017 à 13:01
LE PLAN DU VOYAGE VOICI LE TRAJET DE NOTRE VOYAGE VILLAGES ACTIVITES ANIMAUX PERSONNAGE IIWIK PECHE OISEAUX CHAMI AGRICULTURE POISSONS TIDRE CEUILLETTE GAZELLE

DORCASSIENNE 2

Par EcolobioNKC - publié le vendredi 31 mars 2017 à 12:56
ESPÈCES MENACÉES AU PNBA LES TORTUES VERTES La Tortue verte Chelonia mydas Noms vernaculaires locaux : temaShit (femelle), amanzur (mâle) amatar, tametaret ; anchir (groupe de tortues vertes), taniSoitt (Imraguen) ; dayaye (Wolof). C’est l’espèce la plus commune en Mauritanie (90% des individus observés). A noter la présence d’une forte proportion d’individus immatures du sud du PNBA jusqu’au nord de Nouakchott indiquant l’existence d’une ou plusieurs aires de croissance. Ponte connue entre Mouily et Chat Tboul. Grande population d’adultes des deux sexes s’alimentant sur le grand herbier du Banc d’Arguin (zone de l’île de Tidra). Certaines femelles effectueraient de longues migrations entre leurs sites de ponte dans l’Archipel des Bijagos (Guinée Bissau) et le Banc d’Arguin ----- ......(https://oulangananyamba.files.wordpress.com/2014/11/tortue-verte-juvenile.jpg ) LES OISEAUX En Mauritanie, 506 espèces d’oiseaux ont été répertoriées, dont 269 dans les Parcs Nationaux sur le littoral (Banc d’Arguin et Diawling) et 47 au niveau du talus (Isenmann et al., 2011 ; Ba, 2012 ; PEEMM, 2012). Certaines sont d’origine afro-tropicale (pélican blanc, flamant nain, sterne bridée, ...) tandis que d’autres nichent dans l’Ouest paléarctique (fou de Bassan, goéland brun, limicoles, …), l’Arctique (phalarope à bec large, labbe pomarin, limicoles) ou encore l’Antarctique (labbe antarctique, océanité de Wilson). Les oiseaux les plus vulnérables La vulnérabilité de l’avifaune migratrice est en premier lieu liée aux distances qu’elle parcourt. En effet, les oiseaux migrateurs dépendent des conditions d’accueil d’un grand nombre de sites tout le long de leurs parcours. Les espèces dont la migration suit les zones côtières sont donc particulièrement menacées par la dégradation du littoral tandis que les espèces marines le sont surtout par la surpêche, la destruction d’habitat, les pollutions de surface et la pêche accessoire (http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2_archive/storage/images/contenus/articles/2013/07/19/oiseaux-de-loire-les-sternes-1553349/29045322-1-fre-FR/Oiseaux-de-Loire-les-sternes_image_article_large.jpg ) LES REQUINS ET LES RAIES Les eaux mauritaniennes présentent une très grande diversité ichtyologique qui est estimée à plus de 703 espèces (pélagiques et démersales), dont 49 figurent sur la liste rouge de l’UICN classées dans les catégories quasi menacé, vulnérable, en danger et en danger critique d’extinction. Les espèces menacées représentent donc environ 7 % des espèces de poissons de la ZEE mauritanienne. La plupart des espèces de la liste rouge sont des grands prédateurs (raies et requins, mais aussi espadons, thons, marlins, mérous). Cela est significatif de la diminution des espèces situées en haut de la chaîne alimentaire observée lors des suivis des ressources halieutiques en Mauritanie (base de données IMROP) mais, malheureusement, aussi partout dans le monde. Cette diminution est plus rapide que celle des niveaux trophiques plus bas, entraînant ainsi un déséquilibre croissant dans la composition des espèces de la chaîne alimentaire marine ......(http://www.arpsm.fr/dossiersarpsm/images/Poissons/raie-aigle.jpg ) ....(http://img.over-blog-kiwi.com/1/54/55/05/20150802/ob_ee794b_req-marteau-halicorne-scalloped-hammer.jpg) LA GAZELLE DORCAS Qu’est-ce qu’est la gazelle dorcas ? La gazelle dorcas est une espèce saharo-arabique, elle vit dans tout le Sahara, Algérie, Tunisie à l’exception du centre de la Mauritanie. Elle est active le jour, en dehors des heures trop chaudes pendant lesquelles elle aime se reposer à l’ombre d’un acacia ou d’un Maerua crassifolia. Les gazelles Dorcas vivent en petits groupes de quelques individus aussi bien dans les oueds, les dunes que les zones rocheuses. Comment est la gazelle dorcas ? La gazelle Dorcas est petite. Elle mesure 53 à 67 cm au garrot pour un poids de 12 à 25 kg. La femelle est légèrement plus petite et plus légère que le mâle. Le ventre et la croupe sont blancs. Sa queue est noire. Le reste du pelage est fauve, avec une bande plus foncée délimitant les zones ventrale et dorsale. Cette zone foncée n’est pas toujours visible sur les animaux éloignés, de plus cette zone foncée peut être confondue avec une ombre. Un trait foncé part du coin de l’½il vers la narine comme un trait de maquillage. Les grandes oreilles blanches à l’intérieur sont veinées de noir. Les cornes des mâles sont en forme de lyre, celles des femelles sont plus courtes, plus fines et presque droites. Comment se reproduisent-elle? A la saison des amours les mâles combattent pour se constituer un petit harem. Les accouplements ont lieu sur une période d’environ 3 mois. La gestation dure 5,5 à 6 mois. Il n’y a qu’un seul petit par portée. Le petit est d’abord laissé par sa mère tout seule à l’ombre d’un arbre, elle vient le nourrir plusieurs fois par jour. (http://lavieeco.com/wp-content/uploads/2016/01/La-gazelle.jpg ) TARBA SIDI ET METOU DIENG

LA PÈCHE ARTISANALE

Par EcolobioNKC - publié le vendredi 31 mars 2017 à 12:56
LA PECHE ARTISANALE Jusqu’à l’avènement des lanches, la pêche se faisait à pied avec des filets. Un homme guettait tout l’océan pour détecter le passage d’un banc de mulets et à son signal les hommes entraient dans l’eau portant leurs filets aux épaules. Quelqu’un frappait l’eau avec un morceau de bois. Ce bruit attirait les dauphins pour empêcher le banc de fuir. Les femmes, à la côte, transforment les poissons en produits mangeables ( huile, oeufs séchés..).La pèche est souvent réalisée grâce a une lanche, mais cela dépend des moyens financiers du pécheur. La pêche artisanale est un moyen de pécher très intelligent, mais très compliqué. Il suffit d’alerter les dauphins, mais quand il y a pas de dauphins, il y a de fortes chances que les poissons s’enfuient.

Interview banc d’arguin LDKM

Par EcolobioNKC - publié le vendredi 31 mars 2017 à 12:30
LE BANC D’ARGUIN Flore : L’upwelling : peut être considéré, avec les herbiers, comme l’un des moteurs de l’écosystème marin mauritanien. La mangrove : sont parmi l’écosystème les plus productifs en biomasse de notre planète. Les mangroves les plus développés se trouvent à l’embouchure du fleuve Sénégal. Les herbiers : sont des plantes des zones intertidales et peu profondes. Ils remplissent des fonctions écologiques très importantes : • de « forêts sous-marines » accueillant une biodiversité riche ; • de producteurs primaires offrant une nourriture de base pour beaucoup d’espèces dont l’abondance attire poissons, tortues marines, oiseaux et mammifères marins. Deux millions de limicoles paléarctiques passent ainsi l’hiver auprès de cet habitat dans le Banc d’Arguin (Smit & Piersma,1989). L’avifaune apparait indirectement, mais étroitement, associée à la biodiversité du benthos et à la qualité des milieux où poussent les herbiers. Ceux-ci bénéficient en retour de la présence des oiseaux limicoles (aération, apport de manière organique) ; • de zone de reproduction et de nourricerie pour les ressources halieutiques. On estime par exemple qu’à Iwik 410 km2 d’herbiers abritent 400 millions de juvéniles de crevettes. Faune : Le phytoplancton :ce sont des cellules microscopiques qui jouent, en mer le rôle que l’herbe ou les arbres jouent à terre. La pêche : En Mauritanie, le secteur de la pêche, bien que déjà important, présente encore un fort potentiel de développement économique et social pour le pays. Le port : La présence des ports de pêche artisanale et industrielle à Nouadhibou entraîne quant à elle une pollution par les huiles, les carburants et les peintures antifulling. Pour pofinée notre travail nous devrons également aller au musée de Chami pour en savoir plus.

Utopia

Par EcolobioNKC - publié le vendredi 31 mars 2017 à 01:12
Nous sommes en 2150 dans le Parc Nationale Banc d’Arguin(PNBA), à présent le parc dispose d’une nouvelle organisation. Un fonds mauritanien gère le site. Maintenant le parc classé au patrimoine de l’univers. Il y a des soucoupes volantes. Tous les oiseaux et les animaux qui étaient en voie de disparition sont revenus et des nouvelles races d’animaux sont apparues. Il y a des téléporteurs pour les animaux. Quand ils doivent repartir et qu’ils sont fatigués, ils se téléportent. Il sufit de choisir un endroit et il va repartir en un clin d’½il. Tout est devenu simple parce qu’on est en 2150. Il y a des robots éléphants qui volent, les voitures à carburant sont interdites.Il n y a que les voitures électriques qui ont l’autorisation de venir. MOHAMED SALEH Ahmed , R’GEYBI Sidi

«  Août 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 

Liens

Rubriques

les images

Derniers commentaires

- <%RecentCommTitle%>

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade