La craie hâtive

Entraînement à l’EAF : bien rédiger l’intro à l’oral

Par Vega - publié le vendredi 20 avril 2018 à 12:36 dans 01wFançais 1re

C’est le même principe que pour le commentaire, mais en plus long puisque vous connaissez l’auteur, voire l’½uvre entière, et que vous avez eu le temps de vous y préparer en faisant des recherches précises.

Ce sont les premiers mots que vous allez prononcer : ils donneront tout de suite  l’image du candidat que vous êtes - une bonne image, bien sûr ! Traitez-la donc avec soin, en l’écrivant en très grosses lettres sur une seule page.

 Ne la lisez pas le nez collé, regardez votre interlocuteur dans les yeux.

 Pour être complète et efficace, elle vous prendra un peu plus d’une minute (90 sec) pour la dire, sans compter le temps de la lecture expressive du texte.

La structure reprend le modèle de l’entonnoir que nous avons vu en classe, du plus général au plus proche du texte.

 

L’auteur, son époque, son mouvement, les raisons de sa célébrité

L’½uvre, date, ce qu’elle « raconte », son fondement

L’extrait, sa situation dans l’½uvre, son intérêt

LECTURE EXPRESSIVE À VOIX HAUTE

Question/ Problématique  posée

Plan : idées liées à la quest°

 

La structure ressemble donc à ce modèle :

[Insérez le nom + métier : romancier/dramaturge/poète/essayiste/écrivain] a vécu [dates ou siècle] et appartient au [nom du mouvement]. Il est célèbre pour [titres d’½uvres/ motifs de sa gloire/éléments biographiques]

[titre de l’½uvre] a été publiée en [date, circonstances précises de l’écriture ou de la publication] . L’intrigue /L’intérêt repose sur [Gn + résumé l’½uvre ou thèmes]

L’extrait que nous allons commenter [référence de l’extrait] se situe [expliquez le moment où il intervient dans l’½uvre]. Ce passage / cette scène constitue [insérez une phrase qui explique l’intérêt de cet extrait]

LECTURE EXPRESSIVE

[Recopiez la question qu’on vous pose, avec le ?]

Nous commencerons par observer que…, puis  nous verrons que…. Enfin nous montrerons que …

 

Exemple d’intro sur Montaigne, « De l’amitié » :

Le philosophe et moraliste Montaigne est né en 1533 et mort en 1592 ; il a vécu à la Renaissance. Il est célèbre pour avoir été maire de Bordeaux, pour son immense culture antique et surtout pour son amitié avec l‘écrivain Étienne de la Boétie.

Les Essais est son ½uvre majeure. Elle se présente comme la première autobiographie française, sans cesse réécrite par son auteur, dans laquelle il approfondit la connaissance qu’il a  de lui-même. C’est une ½uvre humaniste. Montaigne y aborde des sujets très divers, personnels ou politiques, en essayant de se débarrasser de ses préjugés. Il écrit, comme il le dit, «  à sauts et à gambades », sans plan établi, en mélangeant les thèmes, avec une grande liberté de pensée.

Le chapitre « De l’amitié » narre son amitié extraordinaire avec La Boétie. C’est l’occasion pour le moraliste de réfléchir sur cette amitié après la mort de son ami. Dans notre extrait, Montaigne raconte les circonstances de leur rencontre et cherche à expliquer sa conception de l’amitié.

[Lisez le texte, comme un acteur,  jusqu’à ce que votre examinateur vous interrompe.]

En quoi cette amitié est-elle exceptionnelle ?

Nous analyserons ce caractère exceptionnel en commençant par observer que les deux amis ne font qu’un ; puis nous montrerons que Montaigne la considère comme une amitié voulue par le destin.

Questions pour l’oral : séquence amitié

Par Vega - publié le mercredi 18 avril 2018 à 04:00 dans 01wFançais 1re
Bonjour,
Voici quelques questions que je vous poserais si j’étais examinatrice à l’oral du bac.

Pour vous entraîner à y répondre que vous avez deux solutions :
-en phase d’apprentissage, prenez votre texte, imprimez ou photocopiez votre cours, choisissez une question, prenez deux ou trois surligneurs différents. Dans votre cours, surlignez chaque élément qui permet de répondre à la question et repérez l’endroit du texte qu’il commente. Une couleur par partie.
-en phase de révisions, prenez un texte vierge de tout annotation, choisissez une question et répondez-y en 25 minutes montre en main, sans faire de phrase, mais en surlignant, en étant des codes graphiques au maximum sur votre texte. La seule chose que vous pouvez rédiger sous forme de phrases, c’est l’énoncé de vos idées qui vous servira lieu de titres dans vos parties. Pourquoi 25 minutes seulement, alors qu’au bac vous en aurez 30 ? Parce que le jour de l’examen, il vous faudra préparer des idées pour l’entretien en pensant aux autres textes de la séquence : les autres lectures analytiques + les textes complémentaires + les lectures cursives et personnelles.

Soyez très attentif à la question et aux mots interrogatifs. Quand il y a le = elles sont synonymes et appellent le même plan, sinon elles sont différentes et vous devez de toute façon définir et comprendre les mots importants de la question pour pouvoir y répondre.
 Je prends un exemple : soit les deux questions
a) En quoi cette fable fait-elle l’éloge de l’amitié ? et
b) Cette fable fait-elle l’éloge de l’amitié ?
Les deux vous interrogent sur le même thème : L’éloge de l’amitié, mais ne demandent pas la même réponse. En effet, l’expression "en quoi" vous demande de trouver des indices qui justifient la suite de la question. La question a) part du principe que La Fontaine fait l’éloge de l’amitié et vous ne devez pas dire le contraire. La question b) en revanche pose une question ouverte et, selon ce que vous avez compris, vous pourriez répondre oui/ non, en justifiant évidemment. Dans les deux cas, vous devez absolument avoir compris et défini le mot éloge avant même de démarrer votre plan.

Objet d’étude Argumentation, Séquence 1: Quelle est la valeur de l’amitié ?


Texte 1 : Montaigne, "De l’amitié", Essais

Comment Montaigne définit-il l’amitié ? = Quelle est la conception de l’amitié de Montaigne ?
Dans quelle mesure Montaigne relate-t-il une amitié exceptionnelle ?
En quoi l’amitié décrite par Montaigne est-elle marquée par le destin ?
Dans quelle mesure l’essai est-il un bon genre pour définir l’amitié ? (***)

Texte 2 : La Fontaine, "Les Deux Amis", Fables

Quelle est la définition de l’amitié de La Fontaine? = Comment La Fontaine définit-il l’amitié ?
Comment La Fontaine définit-il l’amitié dans cette fable ?
Dans quelle mesure la fable est-elle un bon genre pour définir l’amitié ?(***)
La conception de l’amitié selon La Fontaine vous paraît-elle réaliste ?
En quoi La Fontaine fait-il l’éloge de l’amitié dans cette fable ?

Texte 3 : La Rochefoucauld, extrait des Maximes

Quelle est la définition de l’amitié selon La Rochefoucauld?
Dans quelle mesure la conception de l’amitié de La Rochefoucauld vous paraît-elle être pessimiste ?
La Rochefoucauld fait-il un éloge de l’amitié ?
Dans quelle mesure ce texte vous paraît-il étonnant ?
Qu’est-ce que l’amour propre selon La Rochefoucauld et en quoi influence-t-il les hommes ?
D’après La Rochefoucauld, quels sont les rapports entre l’amour-propre et l’amitié ?(***)


Si vous avez besoin de quoi que ce soit, laissez un commentaire !
A vos stylos, je vous souhaite de l’ardeur et du courage !

Jeu de déclinaisons

Par Vega - publié le lundi 9 avril 2018 à 01:46 dans 02wLatinistes 2de
Bonjour,
je vous propose un petit jeu de révision facile que je viens de faire, pour assurer les bases de la déclinaison ; c’est par ici !
Quand vous y aurez joué, dites-moi si c’est trop facile ou non en commentaires.

Vocabulaire : pour en finir avec "J’ai la haine"

Par Vega - publié le dimanche 18 mars 2018 à 14:03 dans 04wSeconde 2

Bonjour,
voici deux exercices interactifs pour développer votre vocabulaire des sentiments et des émotions et interpréter correctement ce que peut ressentir un humain mais aussi un personnage littéraire qui ressemblerait à un humain.

D’abord des mots croisés à faire en ligne
ensuite un jeu d’intrus et de qcm . Vous pouvez afficher toutes les questions avec un bouton en haut à droite avant de commencer.
Pensez à noter dans votre cours ou sur votre carnet répertoire tous les mots nouveaux que vous avez découverts, ou tous les mots dont vous ne connaissiez pas réellement le sens.
Vous pouvez bien sûr refaire chez vous ces jeux de vocabulaire autant que nécessaire.


Comparer les mises en scène d’Incendie

Par Vega - publié le jeudi 8 février 2018 à 11:36
Vous avez à choisir une ou plusieurs images de mise en scène : celles qui vous émeuvent le plus, celles qui vous paraissent les plus intéressantes sur le plan théâtral. Ce sera le même travail que vous ferez lors de l’entretien de l ’épreuve orale du bac.
Commencez par décrire ce que vous voyez dans l’espace, le décor, la scène ; ensuite décrivez encore les acteurs : leur attitude, leur costume, l’expression des visages et des corps. Puis interprétez ce que vous avez observé et mettez-le en rapport avec le texte ; autant que possible, trouvez la réplique qui correspond au moment où a été prise la photo.

Le document joint en .pdf synthétise des photographies disponibles sur le web, en couleur. Agrandissez chaque image à l’ordinateur quand l’aurez ouvert, ce sera plus lisible pour faire votre travail.
Une fois vos analyses terminées, vous pourrez l’imprimer pour en avoir un exemplaire couleur.


Ordre et défense en latin

Par Vega - publié le lundi 5 février 2018 à 02:07 dans 03wLatinistes 1re

Madame de La Fayette par elle-même

Par Vega - publié le mercredi 31 janvier 2018 à 07:12 dans 00wTerminales L
Pour entrer dans La Princesse de Montpensier, les élèves de TL 1 ont réalisé un projet sonore, parfois visuel aussi, avec la consigne suivante :
 Madame de La Fayette a deux minutes pour raconter sa vie. Document sonore obligatoire, voire vidéo.
 Parfois c’est un peu plus long. les formes inventées sont variées et souvent très créatives. Vous entendrez des monologues, des interviews, des vlog, des chansons, des extraits de JT doublés en postproduction.
Vous pouvez écouter la création sonore de Kerwan ici
Celle de Sarah D
Celle de Rachel
Celle d’Anne Onyme

Celle de Namira
Celle d’Anaël

Commentaire du portrait d’Eros dans le roman d’Apulée

Par Vega - publié le mardi 30 janvier 2018 à 07:17 dans 03wLatinistes 1re
Voici le résultat du travail collaboratif des latinistes de 1re. Chaque groupe a travaillé sur une partie spécifique du portrait, avec une ou deux figures de style à analyser.

Partie 1 + introduction :

Psyche découvre le visage de son mari qu’elle pense être un monstre. Elle se rend compte que c’est un jeune homme très beau, à l’inverse de la prédiction de l’oracle. C’est ainsi qu’elle en fait le portrait du point de vue interne. Elle traduit son émotion à travers des procédés littéraires, en l’occurence, avec la figure de style qu’est l’oxymore "mitissimam dulcissimamque bestiam".

    Cet oxymore est tout d’abord formé avec deux adjectifs au superlatif : "mitissimam" et "dulcissimam". "Bestiam" est le nom autour duquel se forme l’oxymore. Le fait de lier "dulcissimam" et "mitissimam", deux adjectifs qualifiant Eros, laisse paraître une émotion très intense chez Psyché. De plus, cet oxymore se trouve à ce moment précis du texte car il sert à délimiter le moment où Psyché révèle l’identité de son mari. Elle pensait qu’il était un monstre d’après ce que son père avait entendu de l’oracle ; cependant, c’est une "gentille bête", "la plus douce et la plus tendre bête sauvage" d’après ce qu’elle voit et peut constater.

Partie 2

Dans Les Métamorphoses d’Apulée et plus précisément le Conte de Psyché, il existe des superlatifs, des assonances et des alitérations. Nous pouvons voir différents superlatifs très mélioratifs s’appliquant au mari de Psyché, Cupidon, et pouvant représenter une antithèse avec le monstre cruel, vipérin, et fléau des dieux.C’est une humanisation de Cupidon. Ces superlatifs sont "mitissimam" et "dulcissimam"; ils s’appliquent à Cupidon, et veulent dire respectivement le plus gentil et le plus doux. Mais il y a aussi "tanti"  et "tanto" (si grand que...) qui décrivent l’aspect imposant de Cupidon (ligne 21).


    On peut trouver des allitérations en  [t] et en [r] des lignes 1 à 6. Ces sons durs sont employés alors que Psyché va franchir l’interdit de son  mari et l’éclairer, elle a même une lame dans la main pour le blesser. Il s’agit d’un moment à risque, d’où ces sons qui rappellent le danger et la violence.
    L’allitération en [m] aux lignes 7,8 et 9 renvoit à la douceur -aux premiers mots des nourissons- car à ce moment, Psyché découvre son mari qui n’est pas bestial mais très beau et très doux. C’est en opposition avec l’allitération précédente. Cette allitération est à relier avec les termes superlatifs "mitissimam" et "dulcissimam". On distingue une assonance  en [i] dans l’expression "sive perfidia pessima, sive invidia noxia " . Celle-ci peut rappeler un sifflement, faisant penser au bruit émis par un monstre. Ici, des thèmes se rapportant à la nuit sont employés: Psyché a été dupée par la nuit,"noxia perfidia" signifiant "nuit perfide": elle a besoin de la lumière pour voir la vérité; et l’on remarque aussi une assonance en [a] aux lignes 2 à 6, qui peut évoquer le râle du mourant et par extension la douleur qu’elle s’apprête à infliger à son monstre de mari avec le rasoir qu’elle tient dans la main.

Partie 3

On trouve dans le texte des accumulations qui insistent sur l’action de la scène ainsi que sur la beauté de Cupidon comme "saevitia subministrante viribus roboratur, et prolata lucerna et adrepta novacula" (L 2 à 5). Ici, les noms "saevitia" (la fureur) et "viribu" (la force) amplifient la violence de la scène. Les participes passés "prolata" (étendu) et "adrepta" (saisi) montrent l’action de la scène.
        Dans l’expression "Omnium ferarum mitissimam dulcissimamque bestiam, ipsum illum Cupidinem formosum deum formose cubantem" (L. 8 à 9), on trouve une double figure de style et une énumération avec des superlatifs comme "dulcissimam" (la plus douce).
        La description du visage de Cupidon, "Capitis aurei genialem caesariem ambrosia temulentam, cervices lacteas genasque purpurea" (L. 22 à 23), part du haut vers le bas. L’accumulation utilisée insiste sur le côté mélioratif et élogieux de ce portrait, la beauté de Cupidon se retrouvant dans toutes les parties de son visage.
        L’expression "Arcus et pharetra et sagittae, magni dei propitia tela" (L.31) donne un rythme au récit avec "Arcus et pharetra et sagittae". En effet, ces trois noms confèrent un rythme ternaire propre au récit oral latin.


Que pensez-vous de ce premier essai ?


Itinéraire poétique dans la ville : sur les pas de Guillaume Apollinaire

Par Vega - publié le dimanche 28 janvier 2018 à 08:06 dans 01wFançais 1re

Cadeaux et v½ux en latin

Par Vega - publié le samedi 27 janvier 2018 à 11:19 dans 02wLatinistes 2de
Le mois de Janvier apporte v½ux en latin et cadeaux d’étrennes, et ils sont magnifiques !
















Un blog pour redynamiser et aider mes élèves de lycée, partager leurs travaux, leur créativité et recréer du lien hors du cours.
«  Avril 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30 

Derniers commentaires

- <%RecentCommTitle%>

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade