Malherblog

Les Faux-Monnayeurs : le couple Molinier

Par M. Jouvin - publié le lundi 15 mai 2017 à 11:55 dans TL

Pauline Molinier


Demie-s½ur d’Édouard

Mère d’Olivier, Georges et Vincent

Selon Édouard, elle fait des efforts pour palier aux défauts d’Oscar, son mari

Elle veut que les enfants estiment leur père

Elle fait semblant de croire son mari et ses enfants quand ils lui mentent. Ses enfants s’éloignent d’elle, et cela la fait souffrir. Elle semble se sentir un peu seule, entre son mari qui va voir ses maîtresses, et ses enfants qui semblent faire leur vie chacun de leur côté.

Elle demande à Édouard d’aller parler à Olivier

Elle ne dit rien qu’en aux péchés des membres de sa famille (vol, tromperies…), elle aide même son mari à cacher son adultère

Elle dit à Édouard qu’il est aussi bon qu’elle pour soigner Olivier après que celui-ci ait fait une tentative de suicide

Elle est très compréhensive.

Malgré le fait qu’elle s’éloigne de ses enfants, elle veille sur eux de loin. Elle s’assure qu’ils vont bien.


Citations clés : « Je suis déjà rassurée de savoir Olivier chez vous, m’a dit Pauline. Je ne le soignerais pas mieux que vous, car je vois bien que vous l’aimez autant que moi. »


Oscar Molinier.


Mari de Pauline Molinier, père de leurs trois enfants.

En apparence : mari présent, au sein d’une famille parfaite.

En réalité : volage, et ne s’occupe pas vraiment de ses trois enfants. D’ailleurs, Pauline s’en plaint auprès d’Edouard.

Hypocrite avec son épouse, notamment lorsqu’il se montre agréable avec elle, « doux » dit-elle dans le texte, alors qu’il la trompe.

Oscar Molinier n’est pourtant pas très discret.

Ne sait pas mentir, ses émotions le trahissent lorsqu’il est sur le point de rejoindre sa maîtresse.

« air affairé, contrarié, soucieux ». Ce sont des indices qui permettent à Pauline de savoir qu’il va la tromper.

Il ne cache pas les lettres de ses maîtresses, et c’est sa femme qui, lorsqu’elle les trouve, les cache à sa place. Il y a une sorte de quiproquo comique entre la femme trompée qui aide son mari à cacher les preuves, et le mari volage qui ne sait pas que sa femme sait.


Citations-clés : « Pauline apporte tous ses soins à pallier les insuffisances et les défaillances d’Oscar, à les cacher aux yeux de tous ; et surtout aux yeux des enfants. »


Mathilde, Yvana

Les Faux-Monnayeurs : les figures de parents

Par M. Jouvin - publié le lundi 15 mai 2017 à 11:53 dans TL

Il y a plusieurs couples de parents. Tout d’abord nous avons les parents de Bernard, enfant naturel. La mère de Bernard a eu cet enfant avec un autre mais le mari de cette femme a accepté d’élever Bernard comme si c’était son fils. Pourtant il dit dans le chapitre 2 de la partie I qu’il sent qu’il n’est pas comme les autres et qu’il avait quelque chose « de neuf, de rude et d’indompté ». Il le sait n’être pas de lui mais pourtant il dit ensuite que « c’est précisément à cause de cela qu’il l’aime comme il n’avait jamais aimé les autres ». Il se soucie de Bernard mais l’annonce de son départ ne semble pas le bouleverser. « Il hausse tristement les épaules », il se soucie plus de sa crise de foie que du départ de Bernard. Sa mère elle est totalement détruite, elle accuse d’abord son mari, elle croit qu’il l’a chassé, ensuite elle se met à pleurer. « sanglots », « pleurer », « elle est reprise de sanglots »... Ensuite elle se blâme elle même d’avoir été infidèle « Pourquoi m’a tu pardonné... ? Je n’aurais jamais dû revenir ! ». On a ici un couple qui aime leur fils mais différemment. Le père a beau être triste il reste plus calme que sa femme.


Ensuite il y a les parents d’Olivier. Le père se fait passer pour le père strict avec ses enfants mais qui leur fait tout de même confiance alors que selon la mère il est toujours de leur avis et ne s’oppose à rien. Ensuite il est infidèle et pour se justifier accuse sa femme, rejette la faute sur elle. Il se justifie d’une attitude déplorable avec des arguments qui ne tiennent pas debout « Les appétits d’autrui paraissent facilement excessifs, dés qu’on ne les partagent pas ». Même Edouard se rend compte de l’absurdité de ses arguments. « J’entends de reste et découvrais, sous l’incohérence apparente de ses propos, son désir de faire retomber sur la vertu de sa femme la responsabilité de ses faillites ». Ainsi donc le mari est de mauvaise foi et adultère, sa femme est vertueuse et prend sur elle les écarts de son mari, elle tien le rôle du parent strict mais ne trouve aucun soutien de la part de son mari, elle doit donc céder à tout.


Enfin nous pourrons dire que la figure des parents n’est pas très présente dans ce roman. Ils aiment leurs enfants mais ne sont qu’au plan secondaire et ne comprennent pas tout ce que les enfants font.


Philomène, Amandine

Les Faux-Monnayeurs : les adolescents de la pension Vedel

Par M. Jouvin - publié le lundi 15 mai 2017 à 11:51 dans TL
Première Partie :

Chapitre 12 :

Journal d’Edouard lu par Bernard: (Novembre) Réflexions sur Félix Douviers, le fiancé de Laura, et sur Olivier ; récit du mariage de Laura ; thé à la pension Azaïs ; ses souvenirs avec Laura, de Strouvilhou, du vieil Azaïs et de Georges ; Edouard, Armand et Olivier dans la chambre de Sarah. Carnet du pasteur Vedel.

Récit du narrateur: Surprise et jalousie de Bernard à cette lecture.

Citation : Combien j’aime à sentir chez Olivier tant de curiosité, d’impatiente insatisfaction du passé

Troisième Partie:

Chapitre 3 :

Journal d’Edouard : Il a rendu visite à La Pérouse qui lui dit n’avoir pas réussi à se suicider. La rencontre avec son petit-fils a été décevante. Son épouse est entrée en maison de retraite. Il a accepté la proposition d’aller vivre à la pension Azaïs.

Citation : J’avais recommandé à la bonne de dire, à qui me demanderait, que monsieur de la Pérouse est mort.

Chapitre 5:

Récit du narrateur: Après l’épreuve de français du bac, Bernard retrouve Olivier ; discussion littéraire. George écoule une fausse pièce dans un tabac. Ghéridanisol est conseillé par son cousin Strouvilhou pour mêler les enfants à son trafic de fausse monnaie. Olivier donne rendez-vous à Bernard et Edouard au banquet des Argonautes.

Citation : Quand il sortit, rasé de frais, douché, élégamment vêtu, conscient de sa force, de sa jeunesse, de sa beauté, Passavant sommeillait encore.

Chapitre 8 :

Récit du narrateur: Edouard, Bernard et Sarah rejoignent Olivier au banquet de la revue Avant-Garde. Alfred Jarry y sème le désordre. Olivier, insulté par Dhurmer, le provoque en duel. Il part avec Edouard. Bernard et Sarah passent la nuit ensemble à la pension.

Citation : la table de toilette masquait la porte condamnée.

Chapitre 15 :

Journal d’Edouard:

Il a rencontré à la pension le vieux La Pérouse, qui a peur des élèves. Puis il a fait lire à Georges le passage de son roman où il est question de ses vols. Edouard lui dit alors que le juge sait sa participation au trafic de fausses pièces.

Le roman d’Edouard: George prévient ses amis.

Citation : sitôt en ma présence, Georges crut devoir prendre un air goguenard.

Chapitre 17:

Récit du narrateur:

Boris apprend la mort de Bronja qui le plonge dans le désespoir. Ghéridanisol, Georges et Adamanti décident d’admettre Boris dans la Confrérie des Hommes forts, pour l’humilier par un défi avec le pistolet de la Pérouse.

Chapitre 18:

Récit du narrateur:

Le lendemain,Boris se suicide devant les élèves et La Pérouse. Aucun n’est accusé, mais Georges prend conscience de la perversité de Ghéridanisol. + Retour de Bernard chez Profitendieu.

Journal d’Edouard:

Visite d’Edouard à La Pérouse. Propos sceptique sur Dieu.

Citation : Ghéridanisol tira sa montre, qu’il posa entre Boris et lui.


Laura et Loukiana


Page précédente | Page 1 sur 20 | Page suivante
Blog des classes de français de M. Jouvin, du lycée Malherbe de Caen.
«  Juin 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

Derniers commentaires

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade