Littérature collège la ville aux roses

quelques histoires fantastiques

Par NZbikowski - publié le mardi 4 avril 2017 à 03:26 dans fantastique 4è

histoire fantastique de la famille Debray


la famille Debray arrivaient au château pour leurs vacances d’été 1978, ils étaient dans pressé de arrivé. Devant le château ils étaient emerveillé par la splendeur et la beauté de se lieu,la mère disait:«Allons posé toutes nos affaires dans la cuisine du château, et apres nous irons le visité en famille piece par piece!»,le pere ouvrait le coffre et tous le monde se jettaient dessus pour que sa soit vidé au plus vites,apres que toutes la voiture soit vide toutes la famille partaient a la visite.j’usqua maintenant le château n’avait rien de hanté toute la familes allaient mangé,puis ils allaient regardé un film(les tuches)pour commencé le debut des vacances, le pere disait «Allez hop tous le monde au lit!».En pleine nuit le petit allais voir ces parents il avait tres peur il criait a ces parents «Au secours le nounours qui y a dans ma chambre parle, papa vient voir s’ il te plait!»,donc le pere y allait mais il y avait plus rien donc il disait a son fils:Mais non mon fils tu a du faire un cauchemar,ne tinquiete pas. Le fils repondait:Oui sa doit etre sa.Le petit allait se recouché,il n’avait plus un bruit.


Le lendemain la mere allait mettre son café au micro-ondes,mais le micro-ondes ss’allumait tous seul, le petit commençait à avoir peur et disait «La maison est hanté je suis sur.»la mere lui repondait:mais non,c’est du hassard.

Arrivais le soir le petit avait toujours peur pour son nounours il se couchait comme tout le reste de la familles et la le petit repartait en criant dans la chambre de ces parent«Le monstre il parle j’en suis sur je les anttendus la maison est hante!»,donc le petit allait dormir dans la chambre de ces parents


Le jour suivant le mico-ondes n’avait pas recommencé mais sur ce coup lac’etait la barbie de la petite filles commençait a marché toute seul la famille commencçait a avoir vraiment peur, le petit garcon ne voulait plus dormir dans le château et la petite filles non plus.


L’apres midi le pere voulait aller se coupé la barbe il branchait sa tondeuse et la tondeuse qui s’allumait toute seul alors que elle etait eteinte la s’en etait trop la famille en avait plus que assez, le pere a dit:on repprend toute nos s’affaire et ont se casse dis si, d’un air furieux.


Toute la famille partait de peur et allais plus jamais dans un château de peur que sa recommence.



Coralie



Bonjour, je m’appelle Jean et j’ai était victime d’une histoire assez particulière. Je vais vous la raconter.c’était

il y a dix ans à peu-près, je travaillais dans un magasin de bijoux de très grandes valeurs .Un soir, alors que je fermais la boutique, une femme avec les cheveux tout ébouriffer, le teint très pâle, entra dans la boutique en faisant des bruit très choquant même affolant!


En dirait qu’elle me raconter une sorte d’histoire , un conte peu être? Je ne serais pas vous l’expliquer! Tout à coup elle s’énerva! Elle hurlait même, je ne compris pas sur le moment mais petit à petit en la regardant je remarquais que son physique changeait, je la trouvais de plus en plus belle! C’est comme si elle rajeunissait! Voila que deux heures se sont écouler, et cette femme devant moi qui ne cessent de criait et encore plus belle que dans mes rêve!


Puis sonne minuit se qui me réveilla de mon hypnose! La femme c’était arrêter de criait, elle était si belle, c’est cheveux était si bien coiffer, elle était charmante, je ne sais pas j’avais une furieuse envie de danser je l’attrapais par la taille et nous nous sommes mis a danser jusqu’à l’aube!


Le lendemain le talentueuse femme avait disparue! Je les cherchais partout mais je la trouvais point! Et voilà que après dix ans je la cherche toujours! Je pense toujours à elle comme si c’était hier! Elle hante mes nuits!Et elle restera à jamais dans mes pensées.

Yanisse


Ce jour là, je m’en souviendrai toujours. C’était un mercredi de mars lors de mon entraînement de vélo avec mon groupe. Depuis un an, je pratiquais ce sport qui m’apportait beaucoup de joie. Pour faire ce sport j’avais acheté un vélo neuf bleu et noir. Mon éducateur décida de partir vers Juigné pour rouler en bordure de la forêt.


Tout à coup, je me rendis compte que j’avais oublié mon bidon auprès de ma voiture. Je dus faire demi-tour pour aller le chercher. Je le récupérai et je repartis très vite pour rattraper mon retard. Soudain dans la précipitation, je heurtai un caillou qui cogna sur mon cadre de vélo et fit un bruit effroyable. J’entendais mon c½ur battre la chamade tellement j’avais eu peur.


Quelques minutes plus tard, mon vélo commença à devenir incontrôlable, impossible de l’arrêter, il allait de plus en plus vite. J’étais affolé. Tout à coup mon vélo freina tout seul puis accéléra sur deux mètres et ralentissait de nouveau en faisant des zigzags sur la route. Je me demandais comment j’allais me sortir de cette situation. Ensuite, arrivé devant la forêt, mon vélo changea de direction et rentra dans la forêt sur un sentier. Je n’étais plus maître de mon vélo. Mon vélo s’arrêta net devant un carrefour. A droite je vis un paysage paradisiaque avec un grand arc-en-ciel et à gauche un paysage maléfique avec des éclairs dans le ciel. A ce moment là, mon vélo prit le coté maléfique, j’avais du pâlir comme la mort. Mon vélo avança lentement et il heurta une crevasse.


Je vis le caillou vert fluo ressortir de mon vélo et je pus reprendre le contrôle de celui-ci.


Que venait-il de m’arriver ? Qu’avait donc ce caillou de si maléfique ? Jamais je ne le saurais ! Désormais je repris le chemin du retour pour retrouver mon groupe et leur raconter ma folle histoire.


Marvin


Je ramassais des champignons paisiblement à la lisière d’une forêt.

En me promenant je vis une petite maison abandonnée en me disant qu’une

fois rénovée je pourrais y habiter. La nuit tombait j’avais donc décidé

de revenir le lendemain. Dès six heures du matin, j’étais debout et prêt a

partir.Une fois rendu à la petite maison je fis un bref tour de la maison où

tout paraissait normal. Je cassa la serrure qui était munie d’un vieux cadenas rouillé , entra dans la petite maison et des dizaines de chauve-souris en sortit.Dans la maison il n’y avait rien à part une table qui tenait à peine debout et une petite horloge suspendue au mur fragile de la maison.Je décida de prendre l’horloge poussiéreuse

et de souffler dessus.

Un immense nuage de poussière vola dans toute la pièce et un petit rire aigu sorti de l’horloge et attira mon attention...

Je me suis donc dit que c’était une petite souris qui passait par là.

Je passa un coup de chiffon sur l’horloge et j’entendis le même petit rire aigu que la fois précédente, mais cette fois j’ouvris le petit

boîtier à piles situé à l’arrière de l’horloge et la...

Un petit fantôme blanc apparu et m’a dit «ah c’est donc toi qui viens me déranger en pleine sieste, ça ne fait que dix ans que je dors, tu vas le regretter...»

Sans même réfléchir je pris un balai et le jeta sur le fantôme.Le fantôme

entra dans une colère noire et dit «Je reviendrais pour te hanter.» et il partit

vers la forêt. Je pris l’horloge et décida de la jeter dans un lac loin de la maison.

Trois ans plus tard j’avais finis de rénover ma petite maison et je n’ai

jamais revu le fantôme.

Félicien


Ça faisait deux semaines que je vivais dans cette maison.Je travaillais dans l’immobilier,mon salaire ne me permettait pas de faire des folies alors quand cette maison c’est libéré je n’ai pas hésité à quitter mon vieil appartement du rez de chaussé . Cette maison était vielle et abîmée c’est sans doute pour cela qu’ elle était estimée à un prix bas .A l’intérieur le bazar s’y était installé un tas de bricole inutile traînait partout , la personne qui habitait avant moi ne devait pas aimer le ménage et le rangement.J’ai entendu dire que cette personne était une jeune femme qui était morte mystérieusement ,dans le village on racontait quelle avait des hallucinations ou qu’elle entendait des voix.Peu importe ce que les gens disent je ne crois pas à ce genre de chose . Plus tard dans la semaine, je faisait le ménage dans les placards je trouvas un miroir tout poussiéreux , je le nettoyas et décidas de l’accrocher dans la salle de bain. Ce soir même en rentrant du travail je fus pris d’une lourde fatigue , je décida d’aller prendre une douche. En sortant de la douche je fus terrifié sur le miroir ,que j’avais installer dans l’après-midi, était inscrit «Je vais te faire vivre ce que j’ai vécu, l’enfer ». Une jeune femme dans une robe blanche avec le visage couvert de sang apparut dans le miroir. Alors pris d’un réflexe je me retournais ,il n’y avait personne .Quand je regardas a nouveau dans le miroir, rien, la jeune femme avait disparut.

Avais-je halluciné?Étais-ce la fatigue qui me jouait des tours ? Je n’en dormi pas de la nuit. Les jours qui suivirent l’apparition je vivait dans la peur et la crainte que la femme revienne . Elle réapparut un soir de pluie dans le miroir, elle me regardait fixement et elle poussa un hurlement terrible si aiguë que les verres se brisèrent.Paniquer je ne bougea pas d’un centimètre. Elle disparut a nouveau.Je repensas à ce qui était sur le miroir la fois précédente .

Que la femme avait voulu dire ? Étais - je devenu fou ? Cette femme existait-elle vraiment ?

Je ne sais pas ce que voulait dire la femme mais si elle comptait faire ce qu’elle avait dit il fallait à tout pris arrêter ce manège qui me hantait l’esprit. J’eus l’idée de me débarrasser de ce miroir maudit que j’avais trouvé dans les placards c’était sans doute la cause de mes problèmes, il devait sûrement appartenir à la personne qui vivait ici avant.

Comment me débarrasser de l’objet ? Le jeter ? Le brûler ?

Non, je ne voyais qu’une seul solution le briser .Quand je voulu le décrocher du mur il y resta accroché solidement alors je tira de toute mes forces . Le miroir finit par céder sous la puissance du pied de biche . Avec la masse je le brisa de toute mes forces si bien que le verre vola jusque dans la baignoire . J’ aperçut dans le miroir la femme qui disparaissait petit à petit , c’était comme si elle mourait. C’est à ce moment que je compris que le cauchemar était terminé. J’avais repris ma routine et je me débrouillais tant bien que mal avec mon travail .J’avais quitté et vendu la maison j’étais retourné dans mon vieil appartement , sans doute de peur que le cauchemar ne recommence, jamais personne ne su mon histoire je crois que j’avais peur que l’on dise que j’étais fou .

Elise


Août 1980,mes parents,mes deux s½urs,mon petit frère et moi partions en vacances sur une île déserte dans les Caraïbes. Nous avions pris l’avion et étions arrivés à l’aéroport.Nous sommes montés à bord d’un bateau pour se rendre sur l’île,ma petite s½ur et moi n’étions pas rassurées car l’île était abandonnée. Pas une trace de vie humaine, rien, mis à part des serpents et d’autres animaux étranges.Le ciel commença à se voiler .Cette île commençait de plus en plus à me faire peur.Nous descendions du bateau et continuions notre route à pied.Nous arrivions devant un ancien manoir qui me faisait froid dans le dos.Mes parents et ma grande s½ur étaient très emballés à l’idée de passer quelque jours dans ce manoir,quand à ma petite s½ur et moi nous appréhendions ce séjour...Il était à peu près dix-neuf heures,nous nous étions installés et allions passer à table.Une fois manger, ma grande s½ur et moi nous installâmes dans la chambre du haut et ma petite s½ur et mon petit frère dans la chambre opposée.J’étais tellement épuisée que je m’endormis aussitôt.Dans la nuit,je me relevai pour aller boire dans la salle de bain.Je retournai me coucher mais à peine allongée ,j’entendis des gouttelettes d’eau tomber alors je me suis dis que ça ne pouvait être que moi qui avais mal refermé le robinet donc je retournai dans la salle de bain pour aller voir mais il n’y avait rien.Alors je me suis dis que ce n’était que mon imagination qui me jouait des tours et retournai me coucher.Le lendemain matin après avoir pris le petit déjeuner,mes parents, mes frères et s½urs partirent faire une balade sur l’île.Moi, je décidai de rester dans le manoir.Je montai dans ma chambre pour me reposer.Quelques minutes plus tard,un bruit dans l’escalier m’interpella.Je descendis mais encore une fois il n’y avait rien. J’avais de plus en plus peur je n’étais pas du tout rassurée seule dans ce manoir. En remontant les escaliers,les tableaux qui étaient accrochés au mur m’angoissèrent.Ils représentaient une famille qui avait dû vivre ici auparavant.Les tableaux dataient de 1940 et la famille était morte dans un incendie ce qui expliquait l’état désastreux du manoir. Seule la plus jeune de la famille réussit à échapper à l’incendie on ne su jamais ce qu’elle était devenue.Le soir je montrai à ma mère les tableaux dans l’escalier mais elle n’y prêta que peu d’attention.Je lui expliquai aussi les bruits étranges et ce qui c’était passé la nuit dernière mais elle ne voulut rien entendre, elle disait que c’était absurde de voir des choses pareil.

Au moment d’aller se coucher j’en parlai aussi à ma grande s½ur Anissa,elle me trouva folle d’imaginer ça,personne ne voulait me croire.Dans la nuit,des bruits suspects provenant de l’escalier me réveillèrent.Cette fois se n’était pas mon imagination le manoir était vraiment hanté et un esprit s’y cachait.





Alice

Une aventure d’Ulysse

Par NZbikowski - publié le mardi 4 avril 2017 à 02:21 dans aventure 6ème

Un jour quand le divin Ulysse fut rentré chez lui un énorme monstre des mer surgit alors Ulysse dut se défendre tous le village était pétrifié. Ulysse demandait à certain père de famille si il savait se défendre ils y en avaient qui disaient oui et d’autres non.

Alors Ulysse du se défendre avec les hommes qu’il avait à porté de main. Ulysse et ses hommes se lancèrent à l’attaque mais la malheur le monstre des mer mangea une partie des hommes.

Ulysse et ses deux brave compagnons dur combattre tous les trois. Mais la le monstre englouti les deux derniers compagnons d’Ulysse. Ulysse se retrouva seul.

Tous le village croyait en Ulysse mais Ulysse ne croyait pas en lui le village était entrain de l’encouragé « Ulysse,Ulysse,Ulysse » et la Ulysse pris confiance en lui et la il courut vers le monstre des mer et toucha son point faible le monstre s’écroula part terre.

Ulysse le croyant mort se retourna et parti mais à se moment la le monstre des mer se releva. Ulysse se retourna le monstre des mer ouvrit grand sa gueule mais Ulysse mit son épée dans la gueule du monstre des mer et le monstre des mer s’étouffa et mourut. Ulysse rentra chez lui et tous le village était content sauf pour ceux qui avait perdu leur père ou leur mari.

Romane


«  Août 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 

Derniers commentaires

- <%RecentCommTitle%>

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade