banniere

L'espace visiteurs

[893] - La vie comme réécriture de la littérature

Il s’agissait de constituer, pour l’objet d’étude « Réécritures » en Première L, une liste de références où un personnage, ou une personne dans le cadre de l’autobiographie, considère consciemment sa vie comme une réécriture d’une œuvre de fiction. Il peut s’agir également d’un rapprochement entre un personnage et un autre personnage de fiction, rapprochement effectué par le narrateur.
Synthèse mise en ligne par Delphine Barbirati.

 

Récits, contes et romans

- ARAGON L., Les Voyageurs de l’impériale.
Première partie, chapitre XXXV. Pierre Mercadier et Blanche Pailleron se comparent à Tristan et Isolde : « A l’amour de Tristan et Isolde, on peut mesurer ce qui nous arrive...la pauvre chose qui nous arrive... »dit notamment Blanche.
La comparaison est développée sur toute la page et Pierre évoque l’opéra de Wagner.
- BALZAC H.de, Le Bal de Sceaux.
réécriture de la fable « Le Héron » de J.de La Fontaine.
- BOUILLIER G., Rapport sur moi ;
l’identification à Ulysse sauve le narrateur de la dépression qui le ronge.
- CENDRARS B.
La vie réelle est incessamment recomposée comme fiction et la fiction devient sa vie.
- COHEN A., Belle du Seigneur.
Solal fait à Adrien une leçon, au téléphone, sur Dom Juan à l’image du séducteur désespéré par l’absence de Dieu et l’inconstance des femmes.
- CORTAZAR J., Continuité des parcs.
Un homme lit un roman mais on ne sait pas très bien si on est dans le roman ou dans la vie du lecteur.
- DUMAS A., La Dame aux camélias.
Réécriture de L’Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut de l’Abbé Prévost. La « parenté »a été exploitée dans le ballet La Dame aux Camélias dans la chorégraphie de John Neumeier.
- FLAUBERT G., Madame Bovary.
Au chapitre 15 de la deuxième partie, Madame Bovary, à Rouen, assiste à une représentation de Lucie de Lammermoor, opéra de Donizetti : « Lucie entama d’un air brave sa cavatine en sol majeur ; elle se plaignait d’amour, elle demandait des ailes. Emma, de même, aurait voulu, fuyant la vie, s’envoler dans une étreinte. Tout à coup, Edgar-Lagardy parut.[...] Elle reconnaissait tous les enivrements et les angoisses dont elle avait manqué mourir. La voix de la chanteuse ne lui semblait être que le retentissement de sa conscience, et cette illusion qui la charmait avait quelque chose même de sa vie. Mais personne sur la terre ne l’avait aimée d’un pareil amour. Il ne pleurait pas comme Edgar, le dernier soir, au clair de lune, lorsqu’ils se disaient : « A demain ; à demain !... »
Proposition de lecture analytique de cet extrait : la deuxième partie s’intitule « La vie comme réécriture de la littérature ».
- HUGO V., Les Misérables.
Deuxième Partie, le chapitre IV s’intitule « Où Jean Valjean a tout à fait l’air d’avoir lu Austin Castillejo ».
Victor Hugo éclaire ainsi le projet de Jean Valjean : « Du reste, une bière dans laquelle il y a un être vivant, cet expédient de forçat, est aussi un expédient d’empereur. S’il faut en croire le moine Austin Castillejo, ce fut le moyen que Charles-Quint, voulant après son abdication revoir une dernière fois la Plombes, employa pour la faire entrer dans le monastère de Saint-Just et pour l’en faire sortir. »
- LE CORRE H., L’Homme aux lèvres de saphir.
très beau roman noir où un meurtrier, fasciné par Maldoror, s’inspire du roman-poème de Lautréamont pour commettre ses crimes. Toutefois, le meurtrier étant un tortionnaire, ce roman, bien écrit mais très violent, n’est sans doute pas à mettre entre toutes les mains.
Grand Prix du roman noir Français au festival de Cognac (2005) et Prix Mystère de la critique (2005)
- LEVI P., Si c’est un homme.
l’auteur fait d’Ulysse une figuration possible du destin du peuple juif.
- MATHESON R., Enfer sur mesure et autres nouvelles.
Toutes les nouvelles du recueil mettent en scène un écrivain.
Par exemple, « Cycle de survie » : un homme s’écrit pour survivre après un cataclysme.
« Mantage » : un homme voit sa vie dans un film de cinéma.
« Je suis là à attendre » : un personnage est confronté à son écrivain, mais on ne le comprend qu’à la fin.
- SAUMON A., Fille lisant à l’arrêt d’autobus.
toute la nouvelle est construite sur l’analogie entre ce que le personnage principal vit et ce qu’il lit.
- ZOLA E., La Curée.
Renée assiste à une représentation de Phèdre et s’exclame « Phèdre, c’est moi ! ».

Poésie

- BAUDELAIRE C., Les Fleurs du mal
« Le Cygne » : le poète voit dans Andromaque une figure de l’exilé qu’il se sent lui-même être à la vue des bouleversements de Paris, et que tout homme est dans l’existence.
Cela peut peut-être confirmer l’idée que la littérature permet de mieux saisir ce qu’on est.

Films

- ROHMER E., Conte d’hiver.
L’héroïne trouve un écho à sa propre vie dans la représentation de la pièce de W. Shakespeare Le Conte d’hiver.


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur
Profs-L (liste de discussion des
professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale
postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la
personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information
seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la
législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à
des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.

© WebLettres
Pour tout renseignement : Contact
</CENTER >




François Freby

- Dernières publications :
[1065] - Apprécier notre monde à sa miraculeuse valeur
[1 007] - Duels argumentatifs dans la littérature
[1 006] - Le mythe de la tour de Babel
[967] - Phrases célèbres et Question de l’Homme
[946] - La solitude en poésie









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 31-01-2014 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d’autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip