banniere

L'espace visiteurs

[901] - La mort au théâtre

Il s’agissait de trouver des pièces de théâtre dans lesquelles la mort est représentée.
Synthèse mise en ligne par Murielle Taïeb.

 

Antiquité
Le théâtre antique offre des évocations de la mort bien éloignées des règles de la bienséance classique.

- ESCHYLE, Les Choéphores
Dans l’exodos, Oreste apparait entouré des cadavres de Clytemnestre et d’Egisthe.
- ESCHYLE, Agamemnon
- SOPHOCLE, Trachiniennes
La description de l’agonie d’Héraclès sur son bucher à la fin de la pièce.
http://remacle.org/bloodwolf/tragediens/sophocle/Trachiniennes.htm
- SOPHOCLE, Antigone
Monologue quand elle s’apprête à mourir (4ème épisode), morts d’Antigone, Hémon et Eurydice.
- SOPHOCLE, Œdipe roi
- SENEQUE, Médée
Le meurtre de ses deux enfants (V 970 sq).

XVIe siècle

- GARNIER R., Hippolyte
- SHAKESPEARE W., Roméo et Juliette
- SHAKESPEARE W., Titus Andronicus
- SHAKESPEARE W., Hamlet
La mort du père d’Hamlet qui revient grâce à son esprit, la mort de Polonius, celle d’Ophélie, celle de Claudius, celle des deux amis d’Hamlet, la mère d’ Hamlet empoisonnée, Hamlet lui-même et Laerte. On est largement servi dans cette pièce avec la dernière scène jonchée de cadavres.

NB : La mise en scène de la mort dans le théâtre élisabéthain.

XVIIe siècle

- CALDERON P., La Vie est un songe
- CORNEILLE P., Horace
Il tue sa sœur en coulisse mais avec annonce verbale claire.
- CORNEILLE P., Médée
- CORNEILLE P., Le Cid
Les stances de Rodrigue. Certes, il ne meurt pas mais en parle beaucoup et cela permet de leur passer le film de la mise en scène faite en flamenco par Thomas le Touarec en 2002 où la violence épique est manifeste (pas du tout classique donc rappel des règles classiques non observées).
- MOLIERE, Dom Juan
- MOLIERE, Les Fourberies de Scapin
La fin.
- MOLIERE, Le Malade imaginaire
Pour les morts feintes de Louison et d’Argan, cela peut être intéressant pour l’étude du théâtre dans le théâtre.
- RACINE, Britannicus
- RACINE, Mithridate
- RACINE, Phèdre
Acte V, 7
- RACINE, Andromaque
Oreste raconte la mort de Pyrrhus à Hermione.
- RACINE, Bazajet
Le "Sortez" de la scène 4 de l’acte V signifie à la fois la mort de Bajazet (qui va se faire étrangler par les eunuques qui l’attendent derrière la porte...) et celle de son personnage...
- VIAU Th. de, Amours tragiques de Pyrame et Thisbé
Dans la mise en scène de Benjamin Lazar (éclairage à la bougie, gestuelle et déclamation XVII) Au moins trois morts sur scène qui mettent longtemps à mourir (TNP de Villeurbanne).

NB : La bienséance dans le théâtre classique empêche de représenter directement la mort.

XVIIIe siècle

- VOLTAIRE, Irène
Acte V, scène 4 et 5, 1778. Le grand auteur n’a cessé de fulminer contre Corneille, pas assez classique à son goût. Mais dans sa dernière pièce, Voltaire représente un suicide sur scène... Et les bienséances ?

XIXe siècle

- DUMAS A., Antony
- HUGO V., Ruy Blas
V, 4.
- HUGO V., Le Roi s’amuse
La mort de Blanche, dénouement du drame romantique.
- HUGO V., Hernani
Triple mort dans la scène finale, la mort d’Hernani et Dona Sol.
- IBSEN H., Hedda Gabler
Elle se suicide quasiment sur scène.
- JARRY A., Ubu roi (1896)
L’exécution capitale en masse est très présente (“le passage à la trappe des nobles”).
- MAETERLINCK M., L’ Intruse (1890)
- MAETERLINCK M., Intérieur (1894)
- MUSSET A. de, Les Caprices de Marianne
La mort de Coelio est au moins entendue.
- MUSSET A. de, Lorenzaccio
Meurtre du duc sur scène.
- MUSSET A. de, On ne badine pas avec l’amour
Rosette meurt derrière l’autel.
- ROSTAND E. de, Cyrano de Bergerac (1897)
- STRINDBERG A., Mademoiselle Julie (1888)
La mort de l’oiseau préfigure, symbolise ou matérialise celle du personnage de Julie.

XXe siècle

- ANOUILH J., L’Alouette
La mort de Jeanne d’Arc.
- BECKETT S., Fin de partie
- CAMUS A., Les Justes
- CAMUS A., Caligula
Il est tué par les conjurés devant le public.
- CESAIRE A., Et les chiens se taisaient
- CLAUDEL P., L’annonce faite à Marie
- DARIO FO, Mort d’un anarchiste
Diverses versions de la réelle défenestration d’un accusé politique durant les “années de plomb “ de l’Italie des années 70... (non sans humour).
- GENET J., Les Bonnes
- GIRAUDOUX J., Électre
- IONESCO E., Le Roi se meurt
La tirade de Marguerite à la fin.
- IONESCO E., La Leçon
Le professeur tue son élève "d’un grand coup de couteau bien spectaculaire".
- IONESCO E., Macbett
Exécution en masse à l’aide de la guillotine. Macol tue Macbett d’un coup d’épée dans le dos.
- KERMANN P., La Mastication des morts
Elle met en scène des morts qui parlent depuis leur tombe.
- KOLTES B.-M., Roberto Zucco
Le meurtre gratuit de l’enfant ou le matricide.
- LAGARCE J.-L., Juste la fin du monde
Dossier pédagogique réalisé par Sylvie Cain-Roullier et Lucie Bouvier accessible http://crdp.ac-besancon.fr/catalogue/index.php?route=product/product&product_id=172
- MONTHERLANT H. de, La Reine morte
A la fin, le roi Ferrante meurt devant les personnages réunis, et "on apporte sur une civière Inès morte".
- MOUAWAD W., Pacamanbo
Pièce très accessible et traitant de ce thème d’une manière très intéressante, car abordant le problème des rites accompagnant le passage, des sentiments ressentis, de la réponse de l’enfant à l’angoisse de l’absence...
- SARTRE J.-P., Les Mouches
II,7
- SARTRE J.-P., Le Diable et le bon dieu
Catherine morte est portée sur une civière.
- SARTRE J.-P., Huis-clos
- STRINDBERG A., La Sonate des spectres (1907)
- VERCORS, Zoo
- VITRAC R., Victor ou les enfants au pouvoir
- WITCKIEWICZ S., Dans le petit Manoir

Autres remarques :
- Woody ALLEN, Pour en finir une bonne fois pour toutes avec la culture : « Le Huitième sceau », petite pièce dont le titre est une référence explicite au 7e sceau de Bergman.
- un groupement de textes sur ce thème est proposé dans le manuel Hachette (L’Écume des lettres, Première, livre unique de la page 154 à la page 164)
- un article de L’École des lettres, 2003-2004, n° 1 et 2 : "Quelques façons de mourir au théâtre" : Othello, Horace, Phèdre, Molière...
- Il semble qu’il faudrait distinguer la mort du personnage de celle de l’être humain : Bajazet meurt à la fois en tant que personnage et être humain, Mademoiselle Julie voit à travers la mort de l’oiseau son anéantissement, Dom Juan et Caligula meurent humainement mais prolongent leur personnage en acceptant leur mort : Dom Juan accède à une sorte d’éternité dans la damnation ("un feu invisible me brûle mais il ne sera pas dit que l’on puisse m’inspirer de la terreur") et Caligula dans l’Histoire ("A l’Histoire"), pour eux la scène ne se referme pas.


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur Profs-L (liste de discussion des professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.

© WebLettres
Pour tout renseignement : Contact




Murielle Taieb

Professeur de lettres classiques au lycée Victor Hugo de Besançon depuis 2002. Bénévole à WebLettres.



- Dernières publications :
[1 116] - La couleur jaune
[1 103] - Liste ou inventaire
[453] - Romans sur l’adolescence
[1086] - Romans sur l’adolescence
[1081] - L’image de la belle-mère









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 31-01-2014 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d’autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip