banniere

L'espace visiteurs

[967] - Phrases célèbres et Question de l’Homme

Dans le cadre de l’Objet d’étude Question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, il s’agissait de regrouper des textes qui contiennent une phrase (très) célèbre, qu’on cite régulièrement dans les médias ou dans des essais, etc. L’idée serait de revenir à la source, d’étudier le « co-texte » et le contexte de cette phrase.
Synthèse mise en ligne par Murielle Taïeb.

 

Antiquité

- « Connais-toi toi-même » (Socrate)
- « Un esprit sain dans un corps sain » (Juvénal)
- « Je suis un homme. Et rien de ce qui est humain ne m’est étranger » (Térence, Heautontimoroumenos).
- « L’homme est un animal politique » [traduction contestée : « L’homme est un être vivant qui vit dans la cité » serait préférable] (Aristote)
- « L’homme est loup pour l’homme » (Plaute, Erasme, Montaigne, Francis Bacon et Hobbes...)

XIVe siècle

- « Homme, abandonne ici toute espérance. » (Dante)

XVIe siècle

Roman
- « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » (Rabelais)
- « Rire est le propre de l’Homme » (Rabelais, prologue à Gargantua)

Essais
- « Une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine » (Montaigne)
- « parce que c’était lui, parce que c’était moi » (Montaigne)
- « On dit bien vrai qu’un honnête homme c’est un homme mêlé. » (Montaigne, Essais III, 9)
- « Quel malheureux vice a donc pu tellement dénaturer l’homme, seul vraiment né pour vivre libre, jusqu’à lui faire perdre la souvenance de son premier état et le désir même de le reprendre ? » (La Boétie)
- « L’homme ne naît pas homme, il le devient. » (Érasme)

XVIIe siècle

Essais
- « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. » (fragment 397 de l’édition Le Guern des Pensées de Pascal, p.251, Folio).
- « L’homme n’est ni ange ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête » (Pascal)
- « Le moi est haïssable » (Pascal)
- « L’homme est un roseau pensant. » (Pascal)
- « Car enfin qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout. » (Pascal)
- « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement » (Boileau)

Fables
- Bon nombre des fables de La Fontaine. Par exemple, « Les Animaux malades de la peste » : souvent, on ne reprend que le premier vers de la morale explicite : « Selon que vous serez puissant ou misérable… ».

Théâtre
- « Etre ou ne pas être, telle est la question. » (Shakespeare, texte de Hamlet publié en 1603)
« Je crois que deux et deux sont quatre » (Molière, Dom Juan)

XVIIIe siècle

Contes
- « Tout est au mieux [dans le meilleur des mondes possibles] » : leitmotiv de Pangloss dans Candide
- « Il faut cultiver notre jardin » de Candide.
- « Il faut bien citer ce qu’on ne comprend point du tout dans la langue qu’on entend le moins. » (Voltaire, Micromégas)
« C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe » (Voltaire, Candide)

Roman
- « Comment peut-on être Persan ? » (Montesquieu)

Essais, discours
- « Le bonheur est une idée neuve en Europe » (Saint-Just)
- « Ce n’est donc pas tant l’entendement qui fait parmi les animaux la distinction spécifique de l’homme que sa qualité d’agent libre. » (Rousseau, Discours sur [...] de l’inégalité parmi les hommes)

Théâtre
- « Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus. » (Beaumarchais)

Autobiographie
« Moi seul. Je sens mon cœur et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j’ai vus ; j’ose croire n’être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. » (Rousseau, incipit des Confessions)

XIXe siècle

Théâtre
- On peut aussi songer à un « proverbe dramatique » comme « On ne badine pas avec l’amour »…

Essais, préfaces
- « Ah ! insensé, qui crois que je ne suis pas toi ! » (Hugo, préface des Contemplations)
- « Hegel fait remarquer quelque part que, dans l’histoire universelle, les grands faits et les grands personnages se produisent, pour ainsi dire, deux fois. Il a oublié d’ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde comme farce. » (Marx)

Poésie
- "Et s’il n’en reste qu’un je serai celui-là" (Hugo, "Ultima verba")

XXe siècle

Autobiographie
- « C’est un peu, dans chacun de ces hommes, Mozart assassiné. » (Saint-Exupéry, Terre des hommes, voir p.326-327 du manuel de première « L’Écume des lettres »).
- « ... que reste-t-il ? Tout un homme, fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui. » (Sartre, excipit des Mots)

Essais
- « Le barbare, c’est d’abord celui qui croit à la barbarie » (Lévi-Strauss)
- « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. » (Valéry)
- « Les hommes se distinguent par ce qu’ils montrent et se ressemblent par ce qu’ils cachent » (Valéry)
- « L’homme est un animal enfermé à l’extérieur de sa cage. il s’agite hors de soi » (Valéry)
- « On ne naît pas femme : on le devient. » (Simone de Beauvoir)
- « Il faut imaginer Sisyphe heureux. » (Camus)
- « L’homme est ainsi constitué que, si on lui retire la faculté de dire non et de s’en aller, il ne fait plus rien de bon. » (Tournier, Le Vol du vampire)

Roman, nouvelle
- « Famille, je vous hais ! » (Gide, 1897)
- « Aujourd’hui que j’y repense, je mesure combien nous étions loin de nous-mêmes. [...] À moins qu’au fond, ce ne soit le contraire. À moins, oui, que nous n’ayons jamais été aussi proches de nous-mêmes que cette nuit-là, acceptant pour un temps les grondements de notre être comme seul souverain. » (Laurent Gaudé, « Sang négrier », in Dans la nuit Mozambique)


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur
Profs-L (liste de discussion des
professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale
postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la
personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information
seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la
législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à
des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.

© WebLettres
Pour tout renseignement : Contact
</CENTER >




François Freby

- Dernières publications :
[1065] - Apprécier notre monde à sa miraculeuse valeur
[1 007] - Duels argumentatifs dans la littérature
[1 006] - Le mythe de la tour de Babel
[967] - Phrases célèbres et Question de l’Homme
[946] - La solitude en poésie









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 04-09-2014 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip