banniere

L'espace visiteurs

[1021] - Figures de style et chansons

Nos élèves sont friands de "figures de style" mais font assez facilement "valser" les notions, d’autant qu’ils manquent d’exemples qui puissent les aider à fixer leur attention. Les manuels ne fournissent en général que des exemples trop littéraires dont ils ne saisissent pas la saveur ou pour lesquels il faudrait des pages de notes. Il s’agissait de trouver des figures de style dans des chansons populaires.
Synthèse mise en ligne par Murielle Taïeb.

 

Propositions des colistiers

- BALAVOINE D., « La Vie ne m’apprend rien »
Chiasme : « Les lois ne font plus les hommes, mais quelques hommes font la loi ».
- BASHUNG A., « Gaby oh Gaby »
Comparaison : « T’es bien plus belle que Mauricette qu’est belle comme un pétard qu’attend plus qu’une allumette ».
- BREL J., « Au suivant »
Zeugma : « J’avais le rouge au front et le savon à la main »
- BREL J., « Le Plat Pays »
Métaphore, comparaison, répétitions (anaphore), jeux sur la polysémie des mots : « Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague/ Et des vagues de dunes pour arrêter les vagues/ et de vagues rochers que les marées dépassent/ et qui
ont à jamais le cœur à marée basse ».
- CABREL F., « Je l’aime à mourir »
Hyperbole.
- CABREL F., « L’Encre de tes yeux »
Métaphore : « Tout ce que j’ai pu écrire je l’ai puisé à l’encre de tes yeux ».
- CABREL F., « La corrida »
Prosopopée.
- CABREL F., « La Belle Debbie »
Paronomase : « La belle Debbie debout d’un bond au début me bouda ».
- CLERC J., « Le Cœur volcan »
Métaphore filée : « Comme un volcan devenu vieux, mon cœur bat lentement la chamade, la lave tiède de tes yeux coule dans mes veines malades. »
- FRANCOIS C., « Le téléphone pleure »
Personnification.
- FRANCOIS C., « Alexandrie, Alexandra »
Hyperbole : « Je boirai tout le Nil si tu ne me retiens pas »
Paronomase : « Alexandrie, Alexandra ».
- GAINSBOURG S., « La Javanaise »
Allitération : « J’avoue j’en ai bavé pas vous mon amour avant d’avoir eu vent de vous ».
- GAINSBOURG S., « La Décadanse »
Mot valise
- GAINSBOURG S., « Harley Davidson »
Antithèse : « J’irai pt’être au paradis mais dans un train d’enfer ».
- GAINSBOURG S., « Elisa »
Métaphore : « Enfonce bien tes doigts dans la jungle de mes cheveux ».
- GAINSBOURG S., « Initials BB »
Comparaison : « Jusques en haut des cuisses elle est bottée et c’est comme un calice à sa beauté ».
- GAINSBOURG S., « L’Homme à la tête de chou »
Gradation : « J’étais fini, foutu, échec et mat pour les beaux yeux de Marilou ».
- GAINSBOURG S., « Variations sur Marilou »
Paronomase : « Dans son regard absent et son iris absinthe, je lis le vice et je pense à Caroll Lewis (...) Un peu du bleu lavasse de sa paire de Levis ».
- HALLYDAY J., « Gabrielle »
Métaphore filée : « Dix ans de chaîne sans voir le jour c’était ma peine forçat de l’amour / J’ai refusé mourir d’amour enchaîné ».
- HALLYDAY J., « Derrière l’amour »
Polysyndète : « Derrière l’amour il y a les pleurs qu’on garde sur le cœur et des regrets et des rancœurs ».
Parallélisme : « Aime-moi, aime-moi plus fort, empêche-moi de me détruire ».
Questions tautologiques : « Quand tu me dis : « je t’aime », est-ce bien moi que tu aimes ? / Et lorsque tu me fais l’amour, est-ce que tu fais vraiment l’amour ? »
- LA RUE KETANOU, « Tu parles trop »
Chiasme : « Tu n’écoutes plus personne et plus personne ne t’écoute ».
- LAFORET M., « Viens, viens »
Anaphore : « Viens, viens, c’est une prière, viens, viens ».
- LAPOINTE B., « Ta Katie t’a quitté »
Allitération.
- LAVOINE M., « Les yeux revolver »
Métaphore filée : « Elle a les yeux révolver, elle a le regard qui tue, elle a tiré la première m’a touché c’est foutu ».
- PREVERT J., « Les Feuilles mortes »
Hyperbate et zeugma : « Les feuilles mortes se ramassent à la pelle et les souvenirs aussi ».
- RENAUD, « Dès que le vent soufflera »
Chiasme : « C’est pas l’homme qui prend la mer c’est la mer qui prend l’homme ».
- RENAUD, « Docteur Renaud, Mister Renard »
Antithèse : « Un côté blanc, un côté noir, personne n’est tout moche ou tout beau, moitié ange et moitié salaud ».
- RITA MITSOUKO, « Le petit train »
Euphémisme.
- SARDOU M., « Je vais t’aimer »
Antithèse : « Je vais t’aimer à faire blanchir la nuit ».
- SOUCHON A., « Foule sentimentale »
Métonymie : « On est une foule sentimentale »
- SOUCHON A., « La vie ne vaut rien »
Chiasme : « La vie ne vaut rien, rien ne vaut la vie ».
- SOUCHON A., « Caterpillar »
Hyperbole et métaphore filée : « Les filles dans nos cœurs font des travaux d’aménagement souvent au marteau piqueur ».
- SOUCHON A., « Quand j’s’rai KO »
Euphémisme : « Quand j’serai KO, descendu des plateaux de sono ».
- SOUCHON A., « Le bagad de Lann-Bihoué »
Antithèse : « Tu la voyais grande et c’est une toute petite vie ».
Comparaison : « Qui t’a rangé à plat dans ce tiroir comme un espadon dans une baignoire ? »
- SOUCHON A., « Rame »
Allégorie : « Rame, rame rameurs ramez, on n’avance à rien dans ce canoë, tu pourras jamais tout quitter t’en aller, là haut on t’mène en bateau ».
- SOUCHON A., « La Balade de Jimmy »
Métonymie et métaphore : « Jimmy t’es fort mais tu pleures sur le cuir de ta Chrysler / La Chrysler s’envole dans les fougères et les nénufars ».
- SOUCHON A., « La Vie Théodore »
Gradation : « Marcher dans le désert, marcher dans les pierres, pendant des journées entières ».
- SOUCHON A., « Et si en plus y a personne »
Anaphore : « Tant de processions, tant de têtes inclinées / Tant de capuchons tant de peurs souhaitées / Tant de démagogues de Temples de Synagogues / Tant de
mains pressées, de prières empressées / Tant d’angélus ».
- STROMAE, « Formidable »
Paronomase : « Formidable fort minable ».

Un site à consulter

- Apprendre les figures de style avec le rappeur Booba :
http://www.slate.fr/story/30525/booba-rap-francais-prof


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur
Profs-L (liste de discussion des
professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale
postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la
personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information
seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la
législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à
des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.

© WebLettres
Pour tout renseignement : Contact
</CENTER >




Bertrand Eric

- Dernières publications :
[1021] - Figures de style et chansons









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 02-09-2015 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip