banniere

L'espace visiteurs

[142] - Focalisations et discours rapportés dans Madame Bovary de Flaubert

Passages significatifs pour travailler la focalisation et le discours rapporté à partir du roman de Flaubert, Madame Bovary

 

Question initiale :

En vue de mener un travail sur : les points de vue (focalisation) et les discours rapportés (et en particulier le discours indirect libre), je recherche des extraits significatifs dans Madame Bovary ; si vous avez déjà fait ce travail de repérage ou si vous avez des exemples/passages significatifs (de préférence avec citations précises), ça m’intéresse beaucoup (particulièrement si vous aviez, par exemple, un exemple de passage en focalisation interne, un passage avec un point de vue omniscient et un passage en focalisation externe)

Voici le détail de vos réponses :

- Anne-Marie :

Un exemple très "classique" de focalisation externe : c’est, évidemment, le
tout début de Bouvard et Pécuchet, quand les deux personnages se rencontrent
sur un banc et se « découvrent » par leur chapeau (la toute première page du
roman). Mais je n’ai peut-être pas compris votre question ? car c’est dans
Madame Bovary seulement, que vous cherchez ?

- Martine :

Il y a le merveilleux passage des comices agricoles où une personnalité
remet une médaille du travail à une pauvre vieille qui s’est tuée à
l’ouvrage. Pendant ce temps, Emma et Rodolphe roucoulent sur un balcon et il
y a de savoureux croisements de points de vue et de propos. Un autre me
revient à l’esprit. C’est lorsque Rodolphe entraîne Emma dans les bois pour
la "première fois". Elle n’a que des pensées très romantiques et lui pense à
ses jambes et/ou à des satisfactions moins éthérées ! Mais c’est moins
précis dans mon esprit et peut-être moins utilisable que le passage de la
médaille.

- Patricia :

Pour l’externe il y a le passage où Emma se trouve à l’intérieur d’une
voiture ( « Madame, y avait déjà des voitures à c’te ’époque ? » ) avec
Rodolphe ? Léon je ne sais plus, on ne voit que sa main... me semble-t-il.
C’est très vague... mais ça marche très bien, d’après mes lointains
souvenirs.

- Dominique D. :

Pour l’étude du discours indirect libre, il y a le beau passage (en II,
XII) où Flaubert oppose en deux paragraphes parallèles les rêves de Charles
concernant l’avenir de Berthe, et ceux d’Emma sur sa vie avec Rodolphe. Le
passage contient aussi des exemples de focalisation interne. On peut parler
aussi de point de vue omniscient dans la mesure où le narrateur nous fait
entrer successivement dans l’univers intérieur des deux personnages :
"Charles réfléchissait", par exemple.

- Agnès :

La fameuse description de Rouen telle qu’Emma la découvre lorsqu’elle
rejoint Léon peut, si mes souvenirs sont bons, convenir :
démarrage de la description en focalisation omnisciente (avec quasi
disparition tout de même du narrateur), puis la ville est décrite telle que
la perçoit Emma, et on glisse jusqu’à une focalisation interne. La dernière
phrase de l’extrait (Emma change ses socques pour des souliers) peut être
perçue comme relevant de la focalisation externe... Le passage se trouve
dans la troisième partie, au chapitre 5.

- Philippe :

Je pense à la scène des Comices, où il y a à peu près tout ce que tu
cherches :
Extrait 1 et extrait 2

- Annie :

Je pense que vous trouverez un passage intéressant au début du chapitre
VII, première partie, les 5 premiers §. Je les ai étudiés avec une classe de
seconde, et ils ont intéressé et amusé les élèves. (rêverie d’Emma sur la
lune de miel et le mari idéal).

- Dominique S. :

Sur la fameuse technique du double point de vue chez Flaubert (l’expression
de "double point de vue" au sujet de Flaubert vient de Proust je crois) : la
scène du bal où Flaubert combine subtilement le point de vue d’Emma et le
point de vue du narrateur. Donc une omniprésence ironique du narrateur.
Passage d’un point de vue interne à un autre point de vue interne dans le
II,3 : Point de vue d’Emma à celui de Léon puis à celui d’Homais puis à
celui de Charles puis de nouveau à celui d’Emma On parle à ce sujet d’une
technique proche du fondu enchaîné au cinéma.
Le Lendemain à son réveil, elle aperçut le clerc sur la place. (Emma)
Il leva la tête et la salua. Elle fit une inclination rapide et referma la
fenêtre (Léon)... (continuer à lire ce début de chapitre et vous le
ressentirez sans doute aussi)
I,9 qui décrit l’ennui d’Emma : un passage que j’ai étudié avec mes élèves
de "Le printemps reparut" à Allumer la lampe" : l’auteur est présent mais
difficile à "voir" (ou entendre), ce passage comporte du discours indirect
libre et cela brouille les pistes, on n’arrive plus à savoir qui parle :
Elle abandonna la musique. Pourquoi jouer ? Qui l’entendrait ?.....
Voilà ce que j’arrive à extraire des gribouillis que je nomme mes "notes de
cours"...

- Sophie :

J’ai travaillé sur Madame Bovary avec des objectifs similaires dans une
classe de 2de, mais c’était l’année de mon stage, alors... je ne peux te
communiquer que des bribes...je ne suis pas sûre que cela te serve à grand
chose... Bon courage quand même !
Pour s’être découvert trois cheveux gris sur les tempes, elle parla de sa
vieillesse.
Souvent des défaillances la prenaient. Un jour même elle eut un crachement
de sang, et , comme Charles s’empressait, laissant apercevoir son
inquiétude :

Ah bah ! répondit-elle, qu’est- ce que cela fait ?
Charles s’alla réfugier dans son cabinet ; il pleura, les deux coudes sur la
table, assis dans son fauteuil de bureau, sous la tête phrénologique.
Alors il écrivit à sa mère pour la prier de venir, et ils eurent ensemble de
longues conférences au sujet d’Emma.
A quoi se résoudre ? Que faire, puisqu’elle se refusait à tout traitement ?
_ Sais-tu ce qu’il faudrait à ta femme ? reprenait la mère Bovary. Ce
seraient des occupations forcées, des ouvrages manuels ! Si elle était comme
tant d’autres, contrainte à gagner son pain, elle n’aurait pas ces vapeurs-
là, qui lui viennent d’un tas d’idées qu’elle se fourre dans la tête et du
désœuvrement où elle vit.

Pourtant elle s’occupe, disait Charles.

Ah !elle s’occupe ! A quoi donc ? A lire des romans, de mauvais livres,
des ouvrages qui sont contre la religion et dans lesquels on se moque des
prêtres par des discours tirés de Voltaire. (Madame Bovary, II chap.7)
Voir aussi chap 9,II
"Elles (les journées) allaient donc maintenant se suivre ainsi à la file,
toujours pareilles, innombrables, et n’apportant rien ! ... jusqu’à "j’ai
tout lu se disait-elle" p98 éd folio classique
p62 (DIL Charles) "Jusqu’à présent, qu’avait-il eu de bon dans
l’existence ?...qui fût devenue sa maîtresse"
p227-229 différentes foc + DIL de Rodolphe
"Rodolphe réfléchissait ...deux mariés qui entretiennent tranquillement une
flamme domestique"
p307-308 les retrouvailles d’Emma et Léon : mélange des foc et des types de
paroles rapportées
"La nuit s’épaississait sur les murs....elle repoussait doucement les
timides caresses que ses mains frémissantes essayaient."

- Marie-Dominique :

Dans Madame Bovary, un exemple tout à fait intéressant de changement de
focalisation, très lisible pour des élèves, le passage sur la casquette de
Charles où ce dernier est très clairement "vu" par les autres élèves ; on y
trouve un "nous" révélateur du point de vue choisi ici pour un effet de
sens facile à décrypter.

- Christophe :

Je travaille souvent sur l’évocation, en I, 9, du porte-cigare et du bouquet
de mariée. [...] 
Vous pouvez aussi confronter le jardin, en I, 5 vu de façon externe, en I,
9, en revanche, par les yeux d’une Emma qui suffoque d’ennui. En I, 5,
toujours, au moment où le couple emménage à Tostes, le point de vue est
clairement omniscient, qui précise bien que les chandeliers sont en argent
plaqué, ou que les tomes du Dictionnaire de médecine n’ont pas été coupés.
Le roman tout entier se prête très bien à cette étude.

Remerciements à :
Anne-Marie Iglésis, Martine Couvret, Patricia Larrue-Mary,
Dominique Délas, Agnès Garrel, Dominique Pirrello, Agnès Gauthron, Dominique
Sanquer, « Sophieherve », Nickie Pacteau, Philippe Lavergne, Christophe
Ortoli.
Merci en particulier à ceux qui m’ont fait parvenir des documents.

PS : pour info, j’ai surtout retenu le passage (II, 12) où Flaubert oppose
en deux paragraphes parallèles les rêves de Charles concernant l’avenir de
Berthe, et ceux d’Emma sur sa vie avec Rodolphe ;
Il fonctionne très bien et permet de montrer aux élèves qu’on peut garder
la même focalisation (interne) et changer de point de vue (une fois celui de
Charles, une fois celui d’Emma)


Ce document correspond à la synthèse de contributions de collègues professeurs de lettres échangées sur la liste de discussion Profs-L ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Ce texte est protégé par la législation en vigueur. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, il est protégé par les droits d’auteur en vigueur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.




Jean-Eudes Gadenne

Professeur de lettres modernes en collège et lycée à Thionville (57), Jean-Eudes Gadenne est également administrateur de WebLettres et de Lettres.org.



- Dernières publications :
[333] - Petites astuces
[539] - Confusions orthographiques entre anglais et français
[352] - Éloge du médecin et / ou de la médecine
[281] - Résistance et antifascisme
Classement thématique des synthèses de la liste Profs-L









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 01-11-2004 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip