banniere

L'espace visiteurs

[187] - Textes suscitant des interprétations différentes

Il s’agissait de trouver des textes dont on pouvait proposer des interprétations très différentes.

Synthèse mise en ligne par Valentine Dussert.

 

- BAUDELAIRE C., Les Fleurs du mal, « L’Ennemi ».
Texte intéressant pour évoquer la méthode du commentaire, car il est particulièrement riche : des choses à dire sur le lexique, les figures de style, la grammaire (valeur des temps et des modes, types de phrases), la structure, les liens avec le titre de l’œuvre, le spleen, les images nombreuses, les liens possibles avec la vie de l’auteur... Plusieurs lectures sont possibles, et il comporte une énigme (qui est cet Ennemi ?). Peut être étudié de manière linéaire ou synthétique...

- BAUDELAIRE C., Les Fleurs du mal, « L’Invitation au voyage ».
Il est possible de faire d’abord une interprétation à partir du seul texte, puis une autre après avoir lu version « poème en prose » et en tenant compte du fait que ce « voyage virtuel » se fait à partir de l’observation d’un tableau flamant (d’où l’emploi du lexique de l’univers pictural)... ce qui n’invalide nullement la première interprétation.

- CAMUS A., L’Etranger.
Œuvre très intéressante pour faire découvrir la littérature, justement à cause de ces interprétations superposables parfois, contradictoires d’autres fois...

- CORNEILLE P., L’Illusion comique.
Adraste peut être interprété comme un personnage ridicule, ou bien sincèrement amoureux d’Isabelle (acte II, scène 3).

- GIONO J., de nombreux passages permettent une double - triple interprétation :

— Le long discours du médecin solitaire sur le choléra à la fin du Hussard sur le toit.

— La description du hêtre au début d’Un Roi sans divertissement.

— Les oiseaux dans Que ma joie demeure.

- GIRAUDOUX J., Electre (la fin).

- HUGO V., Les Contemplations, « Demain, dès l’aube... ».
Le texte peut d’abord être donné sans les deux derniers vers : systématiquement les élèves disent que c’est un homme qui a un rendez-vous amoureux, et on peut relever les indices qui tendent à le prouver... puis on donne le poème entier et on reprend les indices pour constater que le rendez-vous est au cimetière...

- LA FONTAINE (de) J., Fables, « La Cigale et la Fourmi ».
Les élèves, en général, déclarent que la Cigale est paresseuse (« chanter » n’est considéré que comme une distraction), arrogante, et sans gêne (aller demander un prêt à sa voisine et répondre « ne vous déplaise »...). La moralité qui s’impose dans ce cas, et que les élèves formulent volontiers, c’est « Il faut être prévoyant ».
Mais on peut aussi remarquer le caractère volontaire de la Cigale (« Tout l’été » mis en valeur par le mètre, « nuit et jour »), son acharnement à se consacrer à son art, sa politesse (« la priant »), sa détermination à rembourser (« je vous paierai » = indicatif, mode du fait réel), son sérieux (« intérêt ET principal »), son engagement (« avant l’oût »), sa bonne foi (« foi d’animal »), sa fierté d’artiste (« ne vous déplaise »)... La moralité est alors tout autre : « Les gens qui ont de l’argent méprisent les artistes et sont indifférents à leurs malheurs » ; « Les artistes se consacrent avant tout à leur art et ont du mal à se projeter dans l’avenir ».
Voir aussi l’interprétation que J.-J. ROUSSEAU propose de cette fable...
Tout cela permet de prendre conscience de cette diversité d’approche et de la nécessité, toujours à redire, de justifier son interprétation avec précision.
Il est enfin possible d’enchaîner avec « La Cigale » d’ANOUILH.

- MALLARME S., « Salut ».
A la fois un toast, une évocation de la navigation et une réflexion sur la création poétique (« Le blanc souci de notre toile »).

- MERIMEE P., La Morte amoureuse.
Lorsque Clarimonde soigne une coupure au doigt de son amant, il s’agit à la fois d’une scène de vampirisme puisqu’elle retrouve force et vigueur en buvant son sang, d’une scène érotique, mais aussi d’une scène sacrilège qui parodie en la renversant la transsubstantiation (le sang d’un mortel lui donnera la vie éternelle).

- PONGE F., Le Parti pris des choses, « Le Pain ».

- RIMBAUD A., Illuminations, « Les Ponts ».

- RIMBAUD A., « Le Dormeur du val ».
A condition de supprimer le dernier vers à la première lecture...

- VALERY P., « Les Pas ».
Arrivée de la mère, de la femme aimée ou de l’inspiration ?

- VERLAINE P., « L’heure du berger ».
Le poème, qui peut être étudié dans un groupement autour du tableau de BOTTICCELLI « La Naissance de Vénus », permet de conclure sur une interprétation ambiguë : est-ce une description du crépuscule qui mène à évoquer une « naissance de Vénus » nocturne, plus inquiétante qu’harmonieuse, peut-être même Vénale, qui rappelle plus celle de Mérimée que celle de Botticcelli, dont on perçoit le fantôme ? Est-ce une parodie de ce tableau, qui serait alors un acte de provocation d’autant plus efficace que le texte est écrit dans une forme à la fois « classique » (quatrains rimés), « ancienne » (décasyllabes), et « moderne » (rime riche et ratée « RIzON // RissON » qui confirme le caractère volontairement iconoclaste du jeune Verlaine) ?


Ce document correspond à la synthèse de contributions de collègues professeurs de lettres échangées sur la liste de discussion Profs-L ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Ce texte est protégé par la législation en vigueur. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, il est protégé par les droits d’auteur en vigueur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.




Patricia

Prof de français en lycée



- Dernières publications :
[410] - Dictature de la beauté
[384] - Essais critiques sur les contes
[377] - Romans qui offrent une image de la société actuelle
[374] - Eloge et blâme en chansons
[187] - Textes suscitant des interprétations différentes









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 01-11-2004 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip