banniere

L'espace visiteurs

[192] - Arts poétiques

Il s’agissait de trouver, pour une séquence sur la poésie, des « arts poétiques » en général, et de Baudelaire en particulier.

Synthèse mise en ligne par Valentine Dussert.

 

Arts poétiques de Baudelaire

- « Correspondances » dans Les Fleurs du mal (réponse majoritaire).
— Ce fameux sonnet est considéré comme une véritable charte théorique de la poétique des Fleurs du mal, d’autant qu’il se trouve à l’ouverture du recueil.
— On a souvent parlé de « profession de foi » baudelairienne en ce qui concerne ce poème, dans le sens où la mission poétique que se donne ici le poète est d’établir des liens, donc des « correspondances », entre les deux faces de l’univers.
— Pour certains toutefois, ce poème est un peu abstrait et difficile à faire passer auprès des élèves.
- « Une charogne » dans Les Fleurs du mal.
Ce poème peut être accompagné de la lecture de l’épilogue des Fleurs du mal. Cela permet de comprendre la conception d’une poésie-alchimie, cette transformation de la boue en or qu’opète le langage poétique qui métamorphose le cadavre décomposé en tableau, en musique, et qui permet ainsi de vaincre la mort.
- « Les Phares » dans Les Fleurs du mal.
- « L’Invitation au voyage » dans Les Fleurs du mal.
- « A une passante » dans Les Fleurs du mal (section « Tableaux parisiens »).
Permet d’analyser la notion de modernité (la recherche de l’éphémère dans le transitoire, l’éphémère ; voir l’article « Le peintre de la modernité » sur Constantin Guys cité ci-dessous).
- « Elévation » dans Les Fleurs du mal.
Permet d’illustrer la dimension spirituelle de l’art baudelairien.
- « La Beauté », dans Les Fleurs du mal.
- « Epilogue » des Fleurs du mal (« comme un parfait chimiste et comme une âme sainte »... voir ci-dessus « Une charogne »).
- La « Lettre à Arsène Houssaye » parue en tête de la première édition des Petits poèmes en prose, où Baudelaire définit son entreprise : « Quel est celui de nous qui n’a pas, dans ses jours d’ambition, rêvé le miracle d’une prose poétique, musicale sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s’adapter aux mouvements lyriques de l’âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience. »
- « Le Fou et la Vénus » dans les Petits poèmes en prose.
- Le Peintre de la vie moderne, sur Constantin Guys, dans lequel Baudelaire étudie les aquarelles du peintre et développe sa propre conception de la modernité.
- Les Notes nouvelles sur Edgar Allan Poe.

Arts poétiques d’autres poètes

- ARAGON L., « Prologue » (repris en chanson sous le titre « Les Poètes »).
- BOILEAU N., « Art poétique ».
- DU BELLAY J., Les Regrets, sonnet 1.
- ELUARD P., « L’évidence poétique ».
- GAUTIER T., « L’Art ».
- HUGO V., Les Châtiments, chant VII.
- HUGO V., Les Rayons et les ombres, I, « Fonction du poète » (un peu en marge : poésie, prophétie, engagement).
- JACCOTTET P., « Art poétique » (assez parodique).
- LA FONTAINE (de) J., « Préface » aux Fables.
- LAMARTINE (de) A., « A Félix Guillemardet », 1837.
- NOVARINA V., Lettre aux acteurs, premières pages (concerne davantage le théâtre).
- QUENEAU R., L’Instant fatal, « Pour un art poétique ».
- RILKE R. M., Lettre à un jeune poète.
- RIMBAUD A., Lettre à Paul Demeny du 15 mai 1871, dite « Lettre du voyant ».
- RIMBAUD A., « Ma Bohème ».
- SUPERVIELLE J., « L’Interprète » (conditions de vie difficiles du poète, nature de sa tâche, pseudo-reconnaissance de la part du public...), à lire sur ce site consacré à Supervielle ou dans le recueil Poètes d’aujourd’hui chez Seghers.
- VERLAINE P., « Art poétique ».


Ce document correspond à la synthèse de contributions de collègues professeurs de lettres échangées sur la liste de discussion Profs-L ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Ce texte est protégé par la législation en vigueur. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, il est protégé par les droits d’auteur en vigueur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.




Françoise Chatelain

Professeur de français en Belgique, niveau lycée à l’Athénée Royal de La Louvière



- Dernières publications :
[588] - La fonction sociale du langage
[522] - Le journal intime
[436] - Maisons d’écrivains
[427] - Roman et séduction
[304] - Le voyeurisme









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 01-11-2004 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip