banniere

L'espace visiteurs

[225] - Sonnet marotique et sonnet italien

Il s’agissait de préciser la différence entre sonnet marotique et le sonnet italien.

 

Sites internet sur le sonnet

- Un excellent site sur le sonnet.
- Une histoire du sonnet sur le site Cyberpotache.

Les réponses des colistiers

- Tout d’abord, une rapide définition du sonnet : du latin sonare, « sonner », le sonnet, né en Italie avec Pétrarque, a été introduit en France au début de la Renaissance, par Marot notamment (auteur du premier sonnet français). Il s’agit d’une forme fixe de 14 vers répartis en deux quatrains à rimes embrassées sur deux rimes, suivis d’un sizain de forme variable, mais qui s’est fixé en une forme canonique d’un distique suivi d’un quatrain, divisé typographiquement en deux tercets (d’après le Lexique des termes littéraires du Livre de Poche, sous la direction de Michel Jarrety, 2001).

- La plupart des réponses tombent d’accord sur un point : la distinction entre les différentes formes de sonnets vient de la disposition des dernières rimes (quatrain final). Mais les sources consultées par les colistiers proposent des définitions différentes, voire opposées...
- Selon certaines sources, le sonnet italien s’achève par des rimes embrassées (ABBA ABBA CCD EED) et le sonnet marotique ou français par des rimes croisées (ABBA ABBA CCD EDE). Mais pour d’autres, c’est l’inverse ! Le sonnet italien s’achève par des rimes croisées (ABBA ABBA CCD EDE) et le sonnet marotique ou français par des rimes embrassées (ABBA ABBA CCD EED) !
- Les choses se compliquent encore lorsque la forme italienne et la forme marotique sont les mêmes, s’achevant par des rimes embrassées (ABBA ABBA CCD EED) et s’opposent à la forme française aux rimes croisées (ABBA ABBA CCD EDE) (d’après le Lexique des termes littéraires du Livre de Poche, sous la direction de Michel Jarrety, 2001).

- Certaines réponses contestent toutefois les distinctions proposées ci-dessus en apportant des précisions sur les sonnets italiens. Ce n’est pas seulement le dernier quatrain qui diffèrerait, mais tout le sizain final, et selon des modalités un peu différentes de celles évoquées ci-dessus. En effet, dans le Canzoniere de Pétrarque on trouve des rimes très diverses : CDC/DCC (III), CDE/CDE (VI), CDE/DCE (C), CDC/ECE (XLIV). On peut donc penser que le sonnet italien ne connaît pas vraiment de règles pour ses tercets, alors que le sonnet français, notamment marotique, est davantage « encadré ». Une autre réponse va dans le même sens : les Italiens n’apprécient guère les rimes plates, et les évitent donc, d’où les schémas majoritaires CDE/CDE, CDC/DCE, CDC/ECE, alors que le sonnet marotique présente toujours un distique à l’entrée du sizain (CC/DEDE ou CC/DEED).

Complément : le sonnet élisabéthain

- Le sonnet élisabéthain, aussi appelé sonnet anglais ou shakespearien (et qui sera repris par Mallarmé), présente également 14 vers, mais les rimes sont différentes : il est constitué de trois quatrains à rimes croisées, suivis d’un distique. Formes mentionnées par les colistiers : ABAB CDCD EFEF GG / ABAB ABAB CDC DEE.

Petite conclusion

- Évidemment, et comme d’habitude, c’est à partir de là que le travail commence : quid, maintenant, de l’interprétation de ces différences en matière de sens ? Clôture, par exemple, de la rime embrassée par rapport à une certaine ouverture de la rime croisée, ou rapport entre les deux premiers quatrains et ce dernier selon que ses rimes sont pareilles que celles des deux premiers ou différentes, et ainsi de suite...


Ce document correspond à la synthèse de contributions de collègues professeurs de lettres échangées sur la liste de discussion Profs-L ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Ce texte est protégé par la législation en vigueur. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, il est protégé par les droits d’auteur en vigueur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.




Martine Chantraine

- Dernières publications :
[225] - Sonnet marotique et sonnet italien









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 01-11-2004 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip