banniere

L'espace visiteurs

[252] - Mettre en scène des bêtises d’enfant

Il s’agissait de construire un groupement de textes sur « l’art de mettre en scène ses bêtises d’enfant ».
Synthèse mise en ligne par Valentine Dussert.

 

Références littéraires

- ARAGON L., Les Voyageurs de l’Impériale (dans la première partie, Pascal, le fils du héros, aime aller en vacances tout petit chez sa grand-mère ; plus tard, il tente avec son camarade Levet de se renseigner sur l’amour, puis il passe ses vacances dans le château d’un grand oncle avec deux filles).
- AYME M., Les Contes du chat perché (les bêtises de Delphine et Marinette).
- BAZIN H., Vipère au poing (par exemple la « tentative de noyade » de Folcoche, bêtise involontaire).
- BEAUVOIR (de) S., Mémoires d’une jeune fille rangée (la prune).
- BEGAG A., Le Gône du Châaba (le bonjour de l’écolier).
- CAVANNA F., Les Ritals.
- CENDRARS B., Le Lotissement du ciel.
- CHATEAUBRIAND (de) F.-R., Mémoires d’outre-tombe, tome I (l’épisode d’Hervine-Magon poussée à l’eau ; le vol des œufs de pie lorsqu’il est au Collège).
- COHEN A., Le Livre de ma mère (chapitre 13 : un bêtise de « grand » enfant : l’auteur se débarrasse de sa mère à la gare pour rejoindre une maîtresse).
- COLETTE, La Maison de Claudine.
- DAUDET A., Contes du lundi (un élève faisant l’école buissonnière, arrivé en retard chez ses parents, leur annonce la mort du Pape pour faire diversion...).
- DELARUE-MARDRUS L., Le Roman de six petites filles (raconte la façon dont s’occupent trois sœurs dans un château ; très drôle).
- DHAL R., Moi, Boy (autobiographie humoristique : il raconte une bêtise faite en compagnie de ses camarades dans un magasin de confiserie... ou l’épisode du tabac de chèvre donné à fumer au fiancé de sa sœur).
- ERNAUX A., La Place (certaines bêtises marquent son opposition avec son père, et d’autres les rares moments de complicité - par exemple l’épisode de la bibliothèque vers la fin).
- FRANCE A., Le Roman d’un enfant (passage où, enfant de famille bourgeoise seul dans son bel appartement, il est attiré par un petit mendiant des rues et fabrique un moyen pour lui faire descendre une grappe de raisin, au grand dam de la famille).
- GENEVOIX M., La Loire, Agnès et les garçons (histoire de la relation entre des adolescents).
- HESSE H., une nouvelle très jolie où il raconte le jeu des enfants de sa région qui consistait à grimper sur les « trains » de bois qui descendaient la rivière et s’y maintenir le plus possible tant que les mariniers ne les voyaient pas !
- HUGO V.
- JARDIN A., Le Zubial (l’auteur se rappelle avoir écrit une lettre désespérée à son père pour lui dire qu’il était maltraité par sa famille d’accueil anglaise - un énorme mensonge en réalité ; son père à la lecture de cette lettre bondit dans sa voiture pour voler à son secours).
- JOFFO J., Un sac de billes.
- L’HÔTE J., La Communale (raconte les bêtises des parents - le départ en vacances... - mais aussi des enfants).
- LANZMANN J., Le Têtard.
- LAROUSSE P., Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, article « Hanneton » (Pierre Larousse y raconte une de ses bêtises d’écolier).
- MARTIN DU GARD R., Les Thibault (la fugue de Jacques et Daniel, au début).
- MISTRAL F., Mes Origines, « Les Fleurs de glais » (un très joli texte où il ne peut s’empêcher d’être attiré par les fleurs de glais (les iris d’eau qui sont très jaunes) et finit par tomber dans l’eau ; sa mère le change et il recommence...).
- NOTHOMB A., Le Sabotage amoureux (l’auteur y raconte comment elle et d’autres enfants de diplomates ont failli provoquer un incident diplomatique avec l’Allemagne de l’Est, à cause de la guerre qui les opposait).
- NOTHOMB A., Métaphysique des tubes (oubli de son père dans les égouts).
- PAGNOL M., La Gloire de mon père (l’épisode des robinets ; ou lorsque avec son frère il martyrise les fourmis et les sauterelles, et accessoirement sa petite sœur qui de ce fait avait la réputation de « pleurer pour un rien »).
- PARIS G., Autobiographie d’une courgette (fausse autobiographie dans laquelle le jeune Icare fait plein de bêtises hilarantes dans un foyer).
- PENNAC D., Au Bonheur des ogres (passage où un enfant met le feu à son collège : à éviter ? !).
- PERGAUD L., La Guerre des boutons (une mine de « bêtises »).
- PICOULY D., Le Champ de personne (deux passages assez savoureux de bêtises faites par le narrateur dans son enfante : (a) celui où, rentrant chez lui, il se met au lit et au moment de s’endormir se souvient qu’il a oublié le vélo de la m’man près du « champ de personne » ; (b) un autre où, de retour de l’école après avoir eu une mauvaise note, il imagine se débarrasser de son carnet de correspondance en le balançant par-dessus un mur - mais le voisin le rapporte !).
- PROUST M., Du côté de chez Swann (le narrateur reste éveillé tardivement pour obtenir un baiser de sa mère après le départ de Swann ; il craint de se faire disputer et punir par son père qui en fait propose à la mère du narrateur de passer la nuit avec ce dernier).
- QUENEAU R., « Je naquis au Havre » (le regard porté sur les jupons des employées de ses parents).
- RENARD J., Poil de Carotte (par exemple l’hameçon dans le doigt de Madame Lepic, bêtise involontaire).
- ROUSSEAU J.-J., Les Confessions : le vol du ruban, l’épisode de la fessée, l’aqueduc, le vol des pommes (épisode à comparer avec le vol des fruits chez saint Augustin : voir le manuel Bordas 1re collection Littérature ; la mise en parallèle de ces deux textes permet de travailler l’intertextualité, le commentaire comparé, et montre bien le caractère assez fictif de l’œuvre de Rousseau malgré son Préambule très prometteur et presque attendrissant).
- SABATIER R., Les Allumettes suédoises, Trois sucettes à la menthe, Les Noisettes sauvages.
- SAINT AUGUSTIN, Confessions (à mettre en parallèle avec le vol des pommes chez Rousseau - voir ci-dessus).
- SARTRE J.-P., Les Mots (a contrario, l’auteur assure n’avoir aucune bêtise à faire : enfant modèle qui se regarde tel).
- SEGUR (de), Un bon petit diable, Les Malheurs de Sophie (notamment le récit où Sophie coupe les poissons rouges en petits morceaux et tente de les recoller avant l’arrivée de sa mère !).
- SEMPE J.-J. et GOSCINNY R., Le Petit Nicolas.
- STENDHAL, La Vie de Henry Brulard (au chapitre II ou III, l’auteur y raconte un « attentat atroce » - selon sa tante - qu’il aurait commis en laissant échapper du haut d’un balcon un couteau avec lequel il jouait).
- STÉPHANIE, Des Cornichons au chocolat (un élève est injustement renvoyé parce qu’une de ses camarades a mis quelque chose sur la chaise du professeur).
- VALLES J., L’Enfant (la blessure du père Vingtras - la dimension du sang est importante pour l’enfant, et la colère disproportionnée de sa mère l’amène à penser qu’il est un parricide).
- VASCONCELOS J. M., Mon bel oranger (Zézé chante une chanson qui commence par « Je voudrais une femme toute nue » sans se rendre compte du caractère provocateur de ses paroles... mais le passage n’est pas drôle, car il est battu par son père ; voir aussi le passage où Portugâ surprend Zézé en train de « faire la chauve-souris » sur sa voiture).

Idées complémentaires

- FRANQUIN A., Gaston Lagaffe (bande dessinée).
- TRUFFAUT F., Les quatre cent coups (pour une analyse filmique).
- Une idée : compléter le groupement avec une recherche (sur Internet ?) sur les recettes ou inventions nées de bêtises : les bêtises de Cambrai, bien sûr, mais aussi d’autres (la tarte tatin, même si c’est - ou ce serait - une légende...).


Ce document correspond à la synthèse de contributions de collègues professeurs de lettres échangées sur la liste de discussion Profs-L ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Ce texte est protégé par la législation en vigueur. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, il est protégé par les droits d’auteur en vigueur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.




Françoise Valette

- Dernières publications :
[450] - Sketch et théâtre
[252] - Mettre en scène des bêtises d’enfant









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 01-11-2004 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip