banniere

L'espace visiteurs

[488] - Comparaison comédie / tragédie

Il s’agissait de trouver des exemples pour étudier en parallèle des passages de comédies et de tragédies qui présenteraient des situations similaires ou des thèmes communs, en particulier des quiproquos.
Synthèse mise en ligne par Valentine Dussert.

 

Pour la distinction entre comédie et tragédie

- On peut partir de la préface du Barbier de Séville dans laquelle BEAUMARCHAIS compare justement ces deux genres classiques, en se référant à L’Avare et à Mithridate.

Scènes de comédie et de tragédie à comparer

- CORNEILLE P., Le Cid et CORNEILLE P., L’Illusion comique : la tirade de Don Diègue (« Ô rage ! Ô désespoir ! ») est tragique car il est victime impuissante de la vieillesse, et peut être mise en parallèle avec les fanfaronnades comiques de Matamore dans la comédie (acte II, scène 2 par exemple).
- IONESCO E., La Cantatrice chauve et RACINE J., Bérénice : le malentendu est comique avec le dialogue sur Bobby Watson chez Ionesco, alors qu’il est tragique lorsque Bérénice croit que Titus la fuit parce qu’il ne l’aime plus.
- MOLIERE, Amphitryon et SOPHOCLE, Œdipe-Roi (ou COCTEAU J., La Machine infernale) : la méprise sur les personnes (le véritable quiproquo) est comique chez Molière (avec le sosie de Sosie par exemple !), contrairement aux tragédies d’Œdipe...
- MOLIERE, L’École des femmes et RACINE J., Phèdre : l’aveu amoureux d’Agnès est comique par sa naïveté, alors que celui de Phèdre est tragique et déchirant (« c’est toi qui l’as nommé ! »).
- MOLIERE, Les Fourberies de Scapin et HUGO V., Le Roi s’amuse : les « bastonnades » sont comiques chez Molière, où Scapin bat son maître enfermé dans un sac, et tragiques chez Hugo, où Triboulet croit faire la même chose mais éreinte en fait sa propre fille chérie sans le savoir.
- RACINE J., Britannicus et MOLIERE, Tartuffe : la scène 6 de l’acte II de la tragédie peut être comparée à la scène où Orgon est caché sous la table ; dans les deux cas, un espion qui est d’ailleurs le maître des lieux, une femme qui sait qu’elle est espionnée et se montre donc très prudente et évasive, un homme qui tient un discours amoureux sans savoir ce que cela va lui coûter.

Une séquence sur comédie et tragédie de Dominique Lécrivain

- Le groupement de textes est inspiré du manuel Textes littéraires au lycée, ed. Nathan (1990) qui propose un groupement sur « La figure du roi au théâtre », en deux parties - « La grandeur d’un destin » avec Œdipe-Roi, Cinna, Bérénice, Hernani, Tête d’Or et « La fin d’un mythe » avec Ubu Roi, La Reine morte, Antigone et Le Roi se meurt), et du sujet d’EAF 2004 consultable sur le site Magister « Figures tragiques et comiques du roi au théâtre » (avec Ubu Roi, Les Mouches, Caligula et Le Roi se meurt).
- Les lectures analytiques sont les suivantes :

  • SOPHOCLE, Antigone (manuel Delagrave, pp. 162-163) = Antiquité, la tragédie grecque.
  • CALDERON P., La Vie est un songe (manuel Delagrave, pp. 192-193) = le XVIIe siècle baroque, la « comedia » espagnole.
  • RACINE J., Britannicus (manuel Delagrave pp. 164-165) = le XVIIe siècle classique, la tragédie.
  • MARIVAUX, La Double Inconstance = XVIIIe siècle, la comédie inspirée de la « commedia dell’arte » italienne.
  • JARRY A., Ubu Roi = XXe siècle, la farce.
  • IONESCO E., Le Roi se meurt = XXe siècle, le théâtre de l’absurde.

- Activités complémentaires :

  • Étude d’ensemble : Qu’est-ce qu’un héros tragique ?
  • Ecriture : rédiger un monologue tragique (texte support : CAMUS A., Caligula).
  • Constitution d’un dossier et présentation d’un exposé sur un sujet au choix, pour constituer collectivement une histoire du théâtre (les lieux, les formes, les genres et les auteurs) : (1) le théâtre antique grec et la naissance de la tragédie ; (2) le théâtre baroque en Angleterre : Shakespeare et le Théâtre du Globe ; (3) le théâtre baroque en Espagne au siècle d’or : Tirso de Molina, Lope de Vega, Calderon : « comedia » et « auto sacramentale » ; (4) la tragédie classique au XVIIe siècle en France ; (5) la « commedia dell’arte » et ses influences sur le théâtre français ; (6) Le personnage d’Arlequin dans le théâtre de foire et les comédies de Marivaux au XVIIIe siècle.
  • Lecture cursive d’une tragédie classique au choix de CORNEILLE (Le Cid, Horace, Cinna) ou RACINE (Andromaque, Britannicus, Iphigénie, Bajazet, Phèdre).

Comédies et tragédies à étudier en parallèle

- RACINE J., Britannicus et MARIVAUX, La Double Inconstance : dans les deux pièces, un « prince » enlève une jeune fille à son fiancé pour se l’approprier ; mais chez Racine Néron tue le fiancé (pour d’autres motifs surtout bien sûr) tandis que le prince de Marivaux lui fournit une fiancée de remplacement.
- RACINE J., Britannicus et BEAUMARCHAIS, Le Barbier de Séville : une jeune femme aimée par un homme qui a tout pouvoir sur elle, et qui aime un autre homme.
- MOLIERE, Amphitryon et RACINE J., Phèdre : l’homme (et la femme !) jouets des Dieux ?
- IONESCO E., La Cantatrice chauve et BECKETT S., En attendant Godot : sur le drame d’une existence vide, solitaire, sans perspective et sans véritable échange avec les autres.

Scènes de quiproquo

- Pour le quiproquo dans la tragédie, voir la synthèse WebLettres n°190 « Quiproquos tragiques au théâtre ».
- Dans un drame : HUGO V., Hernani : Hernani fait croire qu’il est un renégat alors qu’il est Jean d’Aragon pour se venger de Don Carlos (acte IV, scène 4).
- Quelques exemples dans la comédie :

  • MOLIERE, Le Malade imaginaire : lorsque Toinette se fait passer pour un médecin (acte III, scènes 8 et 10).
  • MARIVAUX, La Fausse Suivante, Le Jeu de l’amour et du hasard, Le Prince travesti : les nombreux travestissements mènent souvent à des quiproquos.
  • SHAKESPEARE W., Le Songe d’une nuit d’été : l’intervention de la magie qui fait basculer les sentiments et attirances des amoureux).
  • BEAUMARCHAIS, Le Barbier de Séville.

Merci à Isabelle Farizon, Corinne Durand-Degranges, Paule, Sophie, Françoise Chatelain, Ghislaine B., Dominique Lécrivain, Sylvain Simon, Dany Mesguich.


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur Profs-L (liste de discussion des professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.
Pour tout renseignement : Contact




Karin Panier

- Dernières publications :
[488] - Comparaison comédie / tragédie









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 13-03-2006 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip