banniere

L'espace visiteurs

[530] - Aborder la poésie en classe de première

Il s’agissait de s’interroger sur la manière d’aborder l’objet d’étude « Poésie » en classe de 1re, sachant que peu de temps nous est imparti (environ 16 heures ?) pour donner aux élèves un aperçu historique de la poésie, depuis ses origines jusqu’à nos jours, sans compter les connaissances théoriques en matière de versification... Quelles « astuces », quels supports audio-visuels par exemple permettraient d’éviter 3 ou 4 heures d’histoire littéraire intensives et rébarbatives ? Comment évoquer la poésie, les fonctions et statuts du poète, les thèmes, les formes à travers 4 à 8 textes ?
Synthèse mise en ligne par Valentine Dussert.

 

Comment introduire l’objet d’étude « Poésie » ?

- Par une approche « in medias res », en confrontant un texte poétique à un texte non poétique.

  • Un petit corpus contenant « El Desdichado » de Nerval et sa « traduction » oulipienne (remplacement des mots principaux par leur définition) permet de demander à la classe d’essayer de définir la poésie ; les remarques souvent très pertinentes permettent une réelle réflexion sur le genre lui-même.
  • Un travail identique peut être mené en comparant un article du dictionnaire le plus complet possible et le poème de Ponge « Le Pain ».

- Par une liaison entre poésie et musique ou chanson.

  • La musique permet d’illustrer le passage de la poésie chantée à la poésie récitée. Après un passage par l’Antiquité (lecture analytique d’Ovide, Orphée aux Enfers charmant les âmes des morts, dans Les Métamorphoses), faire écouter quelques poèmes de Machaut notés (CD Anthologie de la poésie médiévale), ce qui permet de passer à l’après moyen âge...
  • La chanson est un domaine où encore aujourd’hui on écrit en vers réguliers et rimés, avec toutes les techniques et ressources de la poésie traditionnelle. La chanson à texte, quand elle est de qualité, permet de faire comprendre ce qu’est la poésie, entre autres du langage mis en rythme. Les élèves se font déjà une idée de la poésie (« c’est des rimes ») ; il s’agit de partir de leur conception pour l’enrichir, en leur faisant comprendre que la rime n’est qu’un élément du rythme.

- Par une immersion des élèves dans la poésie, avant toute explication.

  • Lire de la poésie
    *On peut faire lire une anthologie en lecture cursive (celle de Jean Orizet, en livre de poche, par exemple) et demander à chacun d’établir un florilège personnel (les quatre ou cinq poèmes qui lui paraissent les plus forts, en disant éventuellement pourquoi), ou d’en réciter un (recommandé par les I. O.).
    NB : voir aussi sur ce sujet la synthèse WebLettres n°460 « Constituer une anthologie poétique.
    *Surtout, faire lire des poèmes que l’on aime ; faire en sorte que cela passe, selon nos goûts propres, que ce soit Ronsard, Char, Cadou voire certains que d’autres trouveraient plus légers. Le statut du poète, c’est, pour beaucoup, l’anecdote... allons donc à l’essentiel, qui est ce que les élèves lisent... on ne retient que ce qu’on aime !
  • Pratiquer la poésie
    *Impossible de faire comprendre la poésie sans en faire produire, en atelier d’écriture par exemple.
    *Pourquoi pas mettre en scène certains poèmes ? Voir les Fables mises en scène par la Comédie française... ou certains poèmes de Prévert, Queneau, Ponge qui jouent sur le double sens ?

Comment donner un aperçu historique et esthétique de la poésie de l’origine jusqu’à nos jours ?

- Proposer un tableau à remplir à partir d’un corpus de poèmes du XVIe au XXe siècle : le tableau répertorie des données sur le mouvement, le contexte, des données sur le statut du poète (qui peuvent être d’emblée fournies aux élèves), et une colonne où les élèves notent en correspondance, les poèmes du corpus, après en avoir repéré les caractéristiques esthétiques.
NB : cette suggestion a permis l’élaboration et la mise en ligne sur WebLettres d’un tableau récapitulatif, « Petit historique de la poésie en France ».

- Demander aux élèves d’élaborer une anthologie personnelle chronologique : c’est un élément intéressant pour faire en sorte que les élèves aient une vision historique de la poésie (si la consigne impose par exemple un poème par siècle).

- Passer par un corpus chronologique de poèmes étudiés en lecture cursive.

  • Sur un thème : certains thèmes comme le lyrisme, la ville, Orphée, l’amour, voire l’engagement (Ronsard, d’Aubigné, Hugo, Eluard, Aragon...) peuvent permettre de balayer rapidement les mouvements. On peut proposer ces corpus pour un devoir type bac.
  • Sur une forme : par exemple le sonnet.
  • Sur des arts poétiques : on peut proposer un corpus de poèmes-préfaces qui ouvrent sur les esthétiques, la place du poète et permet de voir ses différentes formes - La Fontaine (la fable, ses fonctions, esthétique classique), Baudelaire (et ses thématiques privilégiées), Verlaine (poète saturnien), Corbière (le poète et la cigale), Aragon (« Les Yeux d’Elsa » / poète engagé, guerre...).
    NB : Voir aussi le corpus de divers arts poétiques qui a servi de sujet pour l’E.A.F. série ES, S en 2005).

- Présenter un auteur « charnière », comme Rimbaud par exemple : il permet d’aborder toutes sortes de questions de forme, et l’on peut en peu de temps évoquer, à partir de sa vie et de ses œuvres, de nombreuses questions qui touchent le statut de l’écrivain et la notion de modernité.

Comment transmettre les connaissances en matière de versification ?

- Combiner observation des textes et cours théorique.

  • Dans un groupement diachronique, faire des remarques sur la forme (composition des strophes, mètre...) en séparant bien au tableau ce qui relève de chaque domaine. Les élèves étant friands de « mots difficiles », ils demandent eux-mêmes, lorsqu’on a nommé le quatrain par exemple, de nommer les autres groupements de strophes ; il en va de même pour le mètre, etc. Une fois ce travail fait, on peut distribuer un document de synthèse à apprendre, en faisant réinvestir les notions dans les devoirs suivants.
  • On peut faire l’étude rapide d’un corpus contenant des poèmes très classiques (ballade, sonnet, ode, ainsi qu’un poème en prose de Baudelaire et « Aube » de Rimbaud) du XVIe au XIXe pour poser rapidement les notions de versification (mètre, rythme, sonorités), à associer par exemple avec l’étude d’Alcools en œuvre complète (ou quelques poèmes de la section « Rhénanes ») qui permet de faire la liaison avec les grands bouleversements qui suivent.
  • La lecture cursive d’un recueil comme Fêtes galantes de Verlaine (très bref) permet aussi d’aborder énormément d’aspects théoriques, entre autres.

- Aborder la versification au cours d’une autre séquence, portant en priorité sur un autre objet d’étude (voir ci-dessous). Par exemple, « Métamorphoses de la poésie baroque » (mouvement littéraire), étude de L’Illusion comique ou d’une autre pièce en vers (théâtre)...

Remarques complémentaires

Beaucoup de collègues font remarquer que pour arriver à bien présenter la poésie et à répondre aux exigences pédagogiques de l’objet d’étude, il faut l’aborder au cours de plusieurs séquences.

- Croiser les objets d’étude...
Pour compléter une, voire deux séquences consacrées à la poésie comme objet d’étude privilégié, on peut proposer des activités complémentaires dans des séquences portant sur d’autres objets d’étude :

  • Une séquence sur le biographique pourra aisément proposer des textes poétiques.
  • Plusieurs mouvements littéraires permettent un travail sur la poésie, en particulier le baroque.
  • Les séquences sur le théâtre peuvent aborder la versification et le langage poétique lorsqu’elles portent sur des pièces en vers.
  • L’argumentation, avec l’apologue, permet d’aborder la fable.
  • Un exemple de progression annuelle permettant de travailler la poésie de manière approfondie : « J’ai réglé la question en abordant la poésie dans deux séquences. Je commence l’année scolaire avec une séquence sur les métamorphoses dans la poésie baroque et revois à cette occasion les formes fixes, les figures de style propres à l’esthétique baroque, la conception d’un lyrisme codé et je demande aux élèves de remplir deux fiches d’histoire littéraire sur le baroque et le classicisme. A la fin de la séquence, je leur donne un corpus de bac comportant des poèmes de différentes époques (dont quelques arts poétiques) avec un sujet de dissertation portant sur la problématique contraintes / liberté ou tradition / innovation. Je laisse ensuite reposer le sujet en abordant une pièce classique et un GT sur la dénonciation de la censure au XVIII° siècle. Je reviens à la poésie avec une séquence sur l’autoportrait du poète en saltimbanque de 1830 à 1950. C’est à ce moment-là que je vois des poèmes en prose et des poèmes en vers libres. Les élèves réalisent une anthologie poétique sur un sujet de leur choix et rédigent la préface de leur anthologie (sujet d’invention), je demande également un commentaire comparé sur deux poèmes présentant un rapport avec la fonction du poète. Je finis l’année avec une autobiographie de la deuxième moitié du XX° siècle. Vous remarquerez que tout au long de l’année je suis un ordre chronologique avec pour fil conducteur l’évolution du statut de l’artiste. Cela permet aux élèves d’avoir un panorama général sur la littérature et de mieux cerner les enjeux des différentes époques et des différents genres. »

- Aborder la poésie dès la seconde...
Même si la poésie ne fait pas partie des « objets d’étude » de la classe de 2de, elle peut être abordée lors de séquences portant sur d’autres objets d’étude (notamment le mouvement littéraire). On peut également proposer une séquence centrée sur la poésie qui donne des notions de base aux futurs élèves de 1re.

Merci aux contributeurs, notamment : Martine, A.M. BAGLIONI, A. C. BRUNNEVAL, F. BRUSTLEIN , V. FOULHAC, A. LEFILLASTRE, S. LAFFONT, C. MARLIAC, P.PERRIN-CHASSAGNE, D. ROGER, A. RUHLMANN, M. TAIEB, M. VELTY-LEBRETON.


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur Profs-L (liste de discussion des professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.
Pour tout renseignement : Contact




Isabelle Farizon

- Dernières publications :
[724] - Réalité des personnages de roman
[592] - Mises en scène de L’Ecole des Femmes
[570] - Poèmes sur la montagne
[557] - Exploiter un exemple littéraire dans une argumentation
[555] - Lectures cursives de romans contemporains pour la Première









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 13-03-2008 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip