banniere

L'espace visiteurs

Enseigner avec un tableau blanc interactif (TBI)

 

Intérêt du tableau numérique

Le professeur n’est pas mis « en retrait » comme cela peut être parfois le cas en salle informatique. Le TBI ne se substitue toutefois pas aux salles informatiques, mais il leur est complémentaire et en constitue souvent un préalable précieux.

L’utilisateur du TBI dispose d’une palette d’outils virtuels affichable sur le tableau et d’un stylo spécial avec lequel il peut écrire ou cliquer. Les élèves peuvent venir manipuler au tableau devant leurs camarades et l’expérience montre qu’ils en sont friands

L’attention des élèves est renforcée (même un fois passé l’effet de l’attrait de la nouveauté) et une plus grande variété de processus de mémorisation est sollicitée.

Tous les logiciels pédagogiques ou bureautiques fonctionnant aussi bien sur un ordinateur que sur le tableau numérique. Dès lors, l’enseignant peut utiliser avec le tableau numérique tous les logiciels de son ordinateur personnel : traitements de texte, tableurs, logiciels de lecture, de mathématiques, de dessin, cartes de géographie, etc

La navigation sur Internet, la projection d’une vidéo, d’un cédérom, bref toutes les possibilités offertes par l’informatique sont bien entendu envisageables.
Le tableau numérique permet de rendre collectif le travail sur ordinateur qui restait jusqu’ici essentiellement individuel.

Deux écueils extrêmes à éviter


Une « sous-exploitation » : utiliser le TBI comme simple surface de projection, c’est-à-dire rien de plus que ce qu’apporte un vidéoprojecteur et un écran, en n’exploitant pas les possibilités d’interactivité qu’offre cet outil ; dans ce cas, le TBI n’apparaîtrait que comme un coûteux équipement tourné essentiellement vers l’amélioration du confort de l’enseignant et de l’ergonomie de son enseignement.

une « sur-exploitation » : se laisser griser par les possibilités du TBI et surcharger ses cours en multipliant à l’excès les documents, les supports, etc.
Le TBI reste un outil qui doit s’intégrer dans sa pédagogie... mais ne doit pas la remplacer !

Le tableau numérique en lettres


Les intérêts sont multiples, à commencer par la possibilité d’afficher au tableau, en un clic, le texte (ou l’image...) à étudier ; de l’annoter, aux yeux de tous, d’en surligner des éléments... ou de le faire faire à un élève.

Le TBi est également très intéressant pour les exercices de langue : textes à trous, exercices d’appariement (mots/définitions, mots/images, etc.), exercices de remise en ordre (texte, images etc.) peuvent être réalisés au tableau, en particulier par la technique du « glisser-déposer ».

Enfin, l’enseignant peut varier à loisir les supports, du fait que le TBI permet l’accès immédiat à toutes les ressources numériques envisageables (sites Internet, fichier audio, vidéo, etc.) Étudier, par exemple, « le Pont Mirabeau » après en avoir écouté la lecture par l’auteur lui-même, c’est assez réjouissant !






Lionel Delsaux

Lionel Delsaux, certifié de lettres modernes, enseigne au Collège Emmanuel Dupaty à Blanquefort (Gironde). Il est utilisateur d’un tableau blanc interactif (TBI) dans ses cours depuis janvier 2005. Il utilise également un espace numérique de travail (ENT) avec ses élèves depuis octobre 2007. Il est par ailleurs responsable-animateur du "club presse et médias" de l’établissement.



- Dernières publications :
Ressources pédagogiques pour l’Activ Board
Enseigner avec un tableau blanc interactif (TBI)









Forum relatif à cet article

  • Enseigner avec un "tableau blanc interactif" (TBI) - 22-03-2008 - par Christine Guillou

    en quelques mots :
    je m’en sers comme video projecteur de sites intéressants, par exemple j’ai montré l’exposition sur les Lumières à la BNF ; rien de bien extraordinaire dans cet usage, mais c’est pratique.

    j’ai tenté une prise de notes au fil de la lecture d’un texte, mais j’ai utilisé l’écriture manuscrite et on manquait de place sur l’écran pour avoir une vision d’ensemble. La prochaine fois je tenterai la reconnaissance de caractères, ce sera mieux si les élèves arrivent à écrire correctement, je pense qu’en écrivant gros, ça marche.

    Pour les études de textes surligner, souligner, identifier, répertorier, c’est parfait maintenant que je peux transférer mes textes sous word, mais il ne faut pas passer en mode interactif sinon quand on déplace le texte, les annotations ne suivent pas...

    je vais bientôt essayer de compléter un texte et des tableaux qui font la synthèse d’une préface qu’auront étudiée les élèves, ils devraient compléter eux-mêmes, on va voir.

    Voilà où j’en suis, on avance petit à petit mais ce qui se confirme c’est qu’il faudrait un ordinateur installé et relié au tableau de façon fixe. D’abord gain de temps, puis la prise murale est déjà à moitié arrachée et les collègues ne peuvent pas y avoir accès sans ça.

  • Le forum est ouvert - 13-03-2008 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip