banniere

L'espace visiteurs

[608] - Les enjeux de la culture

Il s’agissait de trouver des références, des documents pour construire un travail sur l’importance et les enjeux de la culture, afin de répondre aux questions récurrentes des élèves de Seconde, qui se demandent pourquoi on leur fait étudier la langue et la littérature... Comment leur montrer ce qu’apporte la culture, la liberté, l’esprit critique qu’elle donne, l’intérêt de la maîtrise de la langue (notamment du vocabulaire) et des références dans les jeux de pouvoir, etc. ?
Synthèse mise en ligne par Valentine Dussert.

 

Réflexions sur la question

- Pour commencer, une anecdote : « Il y a trois ou quatre ans, j’ai reçu un père d’élève dont le travail était d’analyser des produits financiers dans une grande banque. Il m’a remercié de ce que je faisais, et m’a expliqué que les aptitudes développées en cours de français étaient les mêmes que celles qu’il utilisait tous les jours dans son métier ! J’ai quand même été un peu surpris, et je l’ai invité à venir en parler à la classe, ce qu’il a fait. J’en tire deux conclusions : (1) vous pouvez vous appuyer sur certains parents d’élèves, dont le témoignage aura bien plus de poids que le vôtre dans le domaine qui vous occupe (ils n’ont rien à "vendre") ; (2) les élèves ne voient que les contenus (Molière, romantisme, métaphore, registre...) au lieu de voir les aptitudes exigées par ces contenus (classement, hiérarchie, argumentation, synthèse, clarté, précision, sens...). Pour ma part, j’explique à mes élèves de Seconde que je leur transmets des outils, qui leur serviront toute leur vie et pas seulement pour l’EAF - mais je ne garantis pas qu’ils sont tous convaincus... » (Alain Ruhlmann)
- « Pour ce que vous cherchez rien de tel que le concret. Voyez comment on peut partir de L’art poétique de BOILEAU pour dégager les principes essentiels de la rédaction d’un rapport : Bernard BEAUZAMY, L’Art de rédiger un rapport, Société de Calcul Mathématique, SA. » (Roger Berthet)
- « Pourquoi ne pas procéder a contrario ? Partir des réactions négatives au film Entre les murs, avec Bégaudeau, du regard porté sur la société sur les « handicapés du langage ». Un exemple sur le site Sebatv. Le Nouvel Observateur (n° 2290 du 25 septembre 2008) a demandé à des enseignants de donner leur avis aussi. Le film est un bon exemple de l’impossibilité à vivre en société si on ne dispose pas d’un bagage linguistique et culturel suffisant... ou si on refuse de se le procurer. J’avais été très marqué et véritablement traumatisé par le film de Kéchiche, L’Esquive. On peut partir d’une courte séquence et montrer l’horreur d’une telle situation : mépris des autres, enfermement, inadaptation, violence et loi du plus fort. » (Michel Viallon)

Autres documents exploitables

- Une caricature de PLANTU montrant des jeunes acculturés (ne comprenant plus le sens du 11 novembre).
- Un extrait de l’appendice de 1984 d’ORWELL commentant le novlangue qui, par rétrécissement du langage, restreint la pensée.
- Divers extraits de Chagrin d’école de PENNAC (notamment celui où il explique à des jeunes contestataires que l’école ne leur prend pas la tête mais leur rend une tête prise par les marques).
- Des recherches sur les expressions d’origine littéraire (par exemple « la poule aux oeufs d’or ») ; leur montrer aussi des publicités s’appuyant sur ces allusions.
- Des articles de presse sur la langue : « Vivre avec 400 mots », les dictées en école d’ingénieur sur la nécessité de l’orthographe, la honte des patrons qui font des erreurs et qui prennent des coachs... à compléter avec des phrases rigolotes qui montrent qu’un accord ou une virgule oubliés changent le sens de la phrase (inspiré du livre Au palais des Congres).
- Un passage de DELERM (Panier de fruits), où un publicitaire montre comment il cisèle ses slogans pour yaourts.
- Un extrait du film 10ème chambre de DEPARDON.
- Divers articles tirés de manuels ou annales BTS... (sur la promotion sociale qui passe par la maîtrise de l’expression par exemple).
- Balzac et la Petite tailleuse chinoise de SIJIE, notamment les extraits abordant particulièrement la littérature (les dangers qu’elle représentait pour un Chinois, la liberté qu’elle offre...).
- Séquence sur weblettres autour de la lecture, intitulée « De l’horrible danger de la lecture ».
- S’agissant de la pauvreté du vocabulaire qui condamne la pensée, les travaux d’Alain Bentolila.

Pour leur aide et leurs suggestions, grand merci à Christelle Aubertin, Roger Berthet, Laure Chatard, Sylvie Grégoire, Nathanaëlle Pirard, Alain Ruhlmann et Michel Viallon.


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur Profs-L (liste de discussion des professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.
Pour tout renseignement : Contact




Marie-Agnès Oriol

- Dernières publications :
[843] - Lire à haute voix
[839] - Pour étudier Ruy Blas
[807] - Paternité et bâtardise chez Maupassant
[754] - L’Argent
[675] - Les livres qui tuent








contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip