banniere

L'espace visiteurs

[633] - Lectures pour les profs : été 2009

Il s’agissait, comme nous l’avions fait pour l’été 2007, de recueillir des conseils de lectures « de vacances » afin de partager nos « coups de cœur » et nos passions, notamment parmi les œuvres récentes...
Synthèse mise en ligne par Valentine Dussert.

 

Titres proposés

- AL ASWANY A., Chicago.
Nous fait entrer dans la vie de la communauté (cultivée) égyptienne de Chicago, plusieurs histoires entremêlées et une critique sans concession de l’islamisme. Un gros roman idéal pour les vacances, mais pas très gai.
- ALVETGEN K., Ténébreuses.
Un polar psychologique, avec peu d’actions mais du suspense, où il est question de la fin de la planète due à l’ignominie de ses habitants... Mais le style est un peu plat et les personnages peu attachants.
- ANGELO M., Tant que je serai noire.
Document sur la vie passionnante et passionnée de cette comédienne noire militante contre le racisme, qui a côtoyé Martin Luther King, Malcom X ou Billie Holliday...
- BARBASH B., My first Sony.
- BEAH I., Le Chemin parcouru : Mémoires d’un enfant soldat.
Un témoignage nécessaire, sans pathos, sur les femmes dans la guerre, en Sierra Leone.
- BENACQUISTA T., Malavita encore.
La suite des aventures du mafieux repenti, avec des péripéties pleines d’humour.
- BERTHOLON D., Twist.
Un roman choral émouvant : la disparition d’un enfant kidnappé ; l’écriture à la première personne qui permet de maintenir en vie la petite enlevée à ses parents ; la mère qui ne désespère pas de retrouver son enfant.
- BLAS de ROBLES J.-M., Là où les tigres sont chez eux.
- BLOX C. J., Meurtres en bleu marine.
Un bon polar, bien écrit, sur l’Amérique et la crise des surprimes, qui commence aux fins fonds de l’Idaho ! Un décor bien planté, une galerie de personnage bien campés et attachants, un rythme haletant...
- BRAMLY S., Le Premier Principe et le second principe.
Un livre très bien écrit et passionnant. Quatre destins parallèles entrecroisés, dans un roman d’espionnage bien bâti et humoristique, même si la fin s’essouffle un peu.
- CARRERE E., D’autres vies que la mienne.
Certains trouvent l’auteur énervant, dans le genre cinéaste parisien névrosé ; si on supporte le personnage, le livre, qui n’est pas un roman mais un récit d’histoires vraies, est formidable : sensibilité, analyse psychologique très fine, réflexion sur la mort, l’amour, bref, c’est très bien ! Et une fois qu’on est dedans, on ne peut plus le lâcher, tellement on s’attache à ces personnes devenues, grâce au talent de Carrère, personnages.
- CHALANDON S., Mon Traître.
Un roman-documentaire sur l’Irlande, le romantisme et le lyrisme de ce pays, l’odeur de tourbe et de Guiness, la couleur rouge des briques et le sang versé dans la lutte entre l’IRA et l’armée britannique.
- CHEVALIER T., La Jeune Fille à la perle.
- CLAUDEL P., Les Âmes grises ; La Petite Fille de Monsieur Linh.
Ce dernier roman est construit comme une nouvelle à chute, pour lire en une heure.
- DECOIN D., Est-ce ainsi que les femmes meurent ?.
- DESCOTT R., Caïn et Adèle.
Suzanne Lohmann, psychiatre, voit son existence bouleversée après un an de repos par un psychopathe surnommé l’Homme qui rit qu’elle traque en tant qu’expert psycho-criminologue aux côtés de Steiner et de son équipe, et par l’évasion de l’Anaconda, tueur en série qu’elle a démasqué, qui veut se venger. Dans le même temps cette veuve, mère de deux filles qu’elle a bien du mal à cerner depuis le meurtre de son mari (œuvre de l’Anaconda), tombe amoureuse d’Abel, un homme bien mystérieux et trop peu entreprenant à son goût... que cache-t-il donc ?
- DJAVANN C., La Muette.
- ENRIGHT A., Le Choc de la maternité.
L’auteur raconte sa grossesse et les premiers mois avec son bébé. L’œuvre est à la fois chronique sympathique sur le quotidien, guide sur des thèmes aussi métaphysiques que « les poussettes », « le caca », « comment se saouler tout en donnant le sein », et leçon de vie très personnelle lorsque l’auteur évoque sa dépression. Son point de vue est déstabilisant par sa franchise et par sa perception de ce « mur de verre » qui sépare les femmes avec enfants des femmes sans.
- FALLADA H., Seul dans Berlin.
Un des rares livres de la résistance au nazisme écrit au cœur même de l’Allemagne : un modeste menuisier entre seul en résistance après la mort sur le front de son fils unique. Formidable.
- FEREY C., Zulu.
Un polar réaliste et bien écrit dont l’intrigue se déroule en Afrique du Sud.
- FERNANDEZ D., Ramon.
- FERNEY A., Grâce et dénuement.
- GALLAY C., Déferlantes.
Le deuil est omniprésent sur fond d’enquête policière qui sort la narratrice de sa neurasthénie pour lui faire découvrir une vérité foudroyante en même temps que cette quête de l’autre la ramène à la vie.
- GAUDE L., La Porte des enfers.
Une réactualisation dans le Naples d’aujourd’hui du mythe des Enfers.
- GAVALDA A., Ensemble c’est tout.
- GLISSANT E., Faulkner, Mississipi ; Mahagony ; Tout le monde.
- GRAN S., Dope.
Un bon polar qu’on ne lâche qu’une fois terminé, écrit avec élégance et beaucoup d’intelligence ; avec une narratrice-personnage fortement attachante.
- GUNBERG A., Le Bonheur attrapé par un singe.
Un petit roman caustique, désespéré et plein d’humour (noir), d’un jeune Néerlandais.
- HALIMI G., La Nouvelle Cause des femmes.
L’histoire du combat pour la parité et ses fondements idéologiques. Se lit bien.
- HARPMAN J., Orlanda.
- HIGHSMITH P., M. Ripley.
Fascination pour un personnage capable de ne ressentir aucune empathie pour autrui. Premier opus d’une série.
- HILLESUM E., Une vie bouleversée.
Un livre extraordinaire ; il s’agit du journal d’une jeune Néerlandaise juive de 27 ans, tenu pendant la guerre, avant et pendant sa déportation (du camp, elle écrit des lettres à ses amis, la dernière fut lancée du wagon où elle partait en camp d’extermination). La langue est magnifique, la profondeur de pensée aussi, et surtout, on découvre une personnalité hors du commun : jamais elle ne juge, jamais, même en vivant l’horreur des camps, elle ne désespère de la richesse de l’être humain. Paradoxalement, étant donné le thème, c’est un très bon antidote contre la déprime.
- HOUELLEBEC M. et LEVY B.-H., Ennemis publics.
Il ne fallait pas se laisser rebuter par le côté "coup éditorial". C’est une lecture vraiment intéressante, où les deux auteurs semblent vraiment jouer le jeu et soulèvent des questions qui se lisent avec plaisir.
- IRVING J., L’œuvre de Dieu, la part du Diable ; Hôtel New Hampshire.
- JAMET D., Un Traître.
- JAPRISOT S., La Jeune Fille dans l’auto avait des lunettes de soleil et un fusil ; La Passion des femmes ; Piège pour Cendrillon.
- JOLY E., La Force qui nous manque.
- JONQUET T., Mémoire en cage (thriller cruel).
- JUIFF P., La Taille d’un ange.
Recueil de nouvelles tristes mais belles.
- KADARE I., Avril brisé (récit tragique) ; Qui a ramené Doruntine ? (une histoire étrange qui signe le début d’une coutume).
- LÄCKBERG C., La Princesse des glaces.
Dans la veine du polar suédois, peut-être moins passionnant que Millénium mais mieux traduit.
- LELIEVRE M.-D., Sagan à toute allure.
Biographie de Françoise Sagan.
- LORIDAN-IVENS M., Ma vie Balagan.
Une autobiographie intéressante de cette femme qui a connu les camps de concentration, lutté pour le féminisme... mais le style reste plat et redondant.
- MAALOUF A., Les Jardins de lumière.
Biographie romancée de Mani très agréable.
- MAC CARTHY C., La Route.
Un livre saisissant, héritier de Beckett.
- MAC EWAN I., Samedi ; Expiation.
L’âme humaine est sondée dans des situations de crise qui transforment l’être ordinaire.
- MAGNAN P., Pour saluer Giono.
Un témoignage intéressant sur le maître comme sur le disciple.
- MAGUEN M., Des papillons sous la pluie.
L’attente des retrouvailles d’une mère et son fils après vingt-cinq ans de séparation. Le texte fourmille de métaphores et d’intelligence, mais il est parfois indigeste par trop de morcellements.
- MAMOU Y., Camelia, came.
Un polar intelligent et bien écrit, un peu paresseux mais humoristique, efficace, moderne et documenté, même si l’on ne s’attache pas beaucoup aux personnages.
- MARI J.-P., Sans blessures apparentes.
Document très dur sur la guerre en Irak, par un journaliste de guerre. Un livre bien écrit, sans complaisance, plein de dignité et de rage.
- MAZZANTINI M., Ecoute-moi.
Une histoire d’amour insolite.
- MESSUD C., Les Enfants de l’Empereur.
Six personnages idéalistes en quête d’une vie qui réponde davantage à leurs aspirations tentent d’infléchir le cours de leur existence pour vivre ce qu’ils croient être l’expérience dont ils rêvaient. Tous comprennent, grâce au révélateur que constitue la tragédie du 11.9, qu’ils ont fait fausse route... Une écriture légère et précise, ponctuée de références littéraires, des personnages troublants dans leurs faiblesses, une réflexion sur l’opposition entre l’être et le paraître qui n’est jamais moralisatrice.
- MICHAKA S., La Fille de Carnégie.
Un roman policier futé, plein de références et de clins d’œil, touffu et fougueux comme un premier roman.
- MURAKAMI H., Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil ; Kafka sur le rivage.
Ce dernier est un roman initiatique et fantastique : un adolescent de quinze ans tient le fil de ce récit dans une étrange bibliothèque... grande sensualité du texte.
- NGOZI ADICHIE C., L’Autre Moitié du soleil.
Un roman sur le Nigéria, qui entremêle les récits de trois narrateurs, et retrace dans une écriture ample et souple le passé d’un pays d’Afrique qui a souffert des guerres ethniques.
- NOTHOMB A., Cosmétique de l’ennemi.
Une bonne première moitié. Le tango vachard habituel, qu’on retrouve avec plaisir.
- PAASILINA A., La Douce empoisonneuse (humour noir).
- PACCALET Y., L’Humanité disparaîtra, bon débarras !.
Une verve misanthropique d’un pessimisme parfois terrifiant. A lire, cependant.
- PAL S., Moi, Sampat Pal.
Un document / témoignage d’une grande force sur les castes en Inde, mais aussi un magnifique portrait de femme rebelle.
- PARKS T., Cara Massimina.
Un thriller sympathique, qui donne envie de visiter Vérone !
- PARSONS J., Je t’ai vue.
Un polar où deux femmes qui ont perdu leurs filles assassinées se lient d’amitié, en Irlande. Deux histoires similaires s’entrecroisent dans une sorte de montage parallèle ; des rebondissements, mais le style est un peu lent et cliché, et la fin décevante.
- PAVLOVITCH P., Victor.
Un siècle dans le Lot profond.
- PERETTI (de) C., Nous sommes cruels.
Réécriture contemporaine des Liaisons dangereuses.
- POWERS R., Le Temps où nous chantions.
Un émigré juif allemand rencontre et épouse aux Etats Unis en 39 une jeune fille noire dont il aura trois enfants. Chronique des USA de l’après-guerre, ode à la musique, très présente, puisque c’est le chant qui unit toute la famille et qui fait la trame de ce roman poignant.
- POWYS J. C., Givre et sang.Tout le monde n’aime pas. Mais on peut adorer les tableaux des saisons en Angleterre et le jeu des interactions humaines, et apprécier le style "trop", parfois critiqué sur la Toile.
- REINHARDT E., Existence ; Cendrillon ; Le Moral des ménages.
Cendrillon est un roman de 2006 qui traite de problèmes très actuels (les dérives boursières notamment, en fait vu sa date de publication, il est presque prophétique...), écrit avec humour et brio, une narration intelligente.
Le Moral des ménages est un monologue hilarant (avec une montée dans la jubilation) à propos de la famille : sa cruauté, le huis clos infect qu’elle organise etc.
- REZA Y., Conversations après un enterrement.
- RUSHDIE S., Les Versets sataniques (passionnant).
- RUSSO R., Le Pont des soupirs.
La vie exhaustive de Louis C. Lynch, à Thomaston, petite ville des Etats-Unis. En contrepoint, la vie d’un de ses amis, né dans la même ville, mais qui en est parti, ne pouvant plus la supporter. Deux vies aux antipodes dans ce roman sociologique sur la filiation et l’amitié, récit attachant qui devient de plus en plus riche et nuancé au fil des pages, et fait écho chez le lecteur.
- SAINT-PIERRE (de) M., Les Ecrivains.
- SATTOUF R., La Vie secrète des jeunes.
Tout le monde n’aime pas les BD de cet auteur. Je crois à l’authenticité de toutes les anecdotes (scènes de rue, mettant en scène des inconnus la plupart du temps).
- SAYLOR S., Du Sang sur Rome.
Les débuts de Cicéron.
- TEULE J., Le Montespan (drôlissime).
- THU H. D., Terre des oublis.
Une très grande découverte, sur le Vietnam et les conséquences tragiques de la guerre sur la vie des gens après-guerre.
- VACCA P., La Petite Cloche au son grêle.
Une adolescente qui se met à lire Proust.
- WALTARI M., Sinouhé l’Egyptien.
Roman historique en deux tomes.
- WILLOCKS T., La Religion.
Psychiatre et auteur de romans policiers, l’auteur évoque ici l’affrontement en 1565 entre les Chevaliers de l’Ordre de Malte (Ils se nomment eux-mêmes La Religion) et les troupes de Soliman le Magnifique. Les héros sont attachants, les descriptions violentes et épiques. Fort bien écrit et traduit, ce roman historique de 850 pages est fondé sur une documentation impeccable mais pas pesante. Un superbe (long) moment de lecture.
- WOLFE T., Moi, Charlotte Simmons.
Une satire du campus américain assorti d’une vraie réflexion sur les motivations de l’étude.
- ZAOUI S., Saint-Denis au bout du monde.
Très belle histoire d’intégration mais qui traîne parfois un peu en longueur à cause des personnages trop nombreux.

Compléments

- Voir la synthèse WebLettres n°533, Lectures pour les profs : été 2007.
- Sur le site ActuaLitté, un choix de livres à emporter en vacances.

Merci à Nathanaëlle PIRARD, Catherine BAZIN, D. VELLUT, Martine GRONDIN, Micheline GUILPAIN, Marie-Hélène SENG, Christine GRISSET, Carole JUSTE, Enzoa, Pascale MARCHAL, Roger BERTHET, Virginie CUVELIER, Muriel TAIEB, Famille DEBAS, Annie LEZORAINE, Mathieu BILLIERE, Anne-Marie VIGUES, Danielle TROTZKY, Florence CLAPIZ, Pascale FLAMANT-CRESCIUCCI, Christian MULLER, Marie-Agnès ORIOL.


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur Profs-L (liste de discussion des professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.
Pour tout renseignement : Contact




Annabelle Presa

- Dernières publications :
[924] - Lectures pour les profs : été 2012
[783] - Lectures pour les profs : été 2011
[633] - Lectures pour les profs : été 2009
[158] - Séquences et progression grammaticale








contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip