Groupe de travail : Renouveler les pratiques pédagogiques

La classe inversée


Par Corinne Durand Degranges | Mis en ligne le 13-02-2019

Il s'agissait de recenser des témoignages sur la pratique de la classe inversée en répondant au questionnaire suivant :

1. À quelle fréquence pratiquez-vous la classe inversée ?
2. Y a-t-il des niveaux de classe qui vous paraissent plus adaptés ?
3. Quelles ressources utilisez-vous ?
4. Fabriquez-vous vous-mêmes vos ressources ?
5. Si oui, quels outils utilisez-vous ?
6. Si vous mettez vos ressources à disposition du public, où pouvons-nous les consulter ?
7. Dans quel domaine précis ce dispositif vous parait-il le plus utile (conjugaison, figures de style...) ?
8. Quelles observations, quels constats faites-vous sur les résultats ou l'intérêt des élèves ?
9. Quelles limites voyez-vous à ce système (contraintes pédagogiques, manque de ressources en ligne, défaut de matériel des élèves etc.) ?
10. Autres remarques ?

Nathalie
1. J'ai peu pratiqué la classe inversée mais j'aime bien.
2. Les élèves les plus adaptés me semblent être les élèves les plus grands classe de 3e en ce qui me concerne mais en réalité je ne vois pas de restriction pour les autres niveaux.
3. Les ressources que j'utilise sont celles du manuel et éventuellement quelques vidéos trouvées sur le net par exemple celle sur la concordance des temps qui me fait rire à chaque fois.
https://m.youtube.com/watch?v=WFGJdBLhBwg
4. Je ne fabrique pas de ressources.
7. Tout est intéressant dans la classe inversée parce que cela permet répétition et appropriation et variétés des supports donc différenciation.
9. La limite : pour les manuels aucune... pour les vidéos, la disponibilité et la connectivité des élèves.

Christine
1. C'est une pratique dans laquelle je me lance très modestement : je ne fais que de la grammaire avec et seulement avec un petit texte (un papillon collé sur une feuille de classeur) Il n'y a ni capsule, ni autre dominante.
3. Je distribue un court extrait d'auteur sur lequel les élèves doivent directement travailler (sans recopier de phrases ni de groupes) et sous lequel j'ai écrit des consignes à faire.
7. Je trouve que c'est efficace avec des élèves qui savent déjà des choses sur le sujet : l'expansion du nom en 5e parce qu'ils ont tous quelques souvenirs mais pas sur un point très nouveau, même en 3e, car il ne faut pas qu'il y ait trop de prérequis. En tout cas il faut que les élèves aient déjà une certaine autonomie dans le travail personnel. C'est une pratique que je ne lance jamais avant fin septembre .
8. Il me semble que je gagne du temps : les élèves réactivent très vite ce qu'ils savent mais que je ne peux pas mesurer a priori. Ils sont actifs dans la découverte, y compris dans la découverte de ce qu'ils n'ont pas pu faire.
9. Pour le moment je me refuse à utiliser des capsules sur youtube : j'en ai visionné beaucoup, certaines sont erronées, beaucoup ne me paraissent pas claires et surtout 1/ où est l'activité des élèves en train de visionner ? 2/j'ai des scrupules à envoyer mes élèves sur un PC le soir quand ils rentrent chez eux.


Jbicrel
1. Irrégulièrement, sur une année environ la moitié de l'année.
2. Je pratique en quatrième en français et en première en français aussi.
3. J'exploite les documents que je vais sur padlet Ou sur mon blog pédagogique ou encore qui se trouve dans des manuels papier ou en ligne.
4. Parfois, pas toujours.
5. J'utilise donc padlet, Mon blog, la vidéo, le traitement de texte Learning apps parfois audacity…
6. Sur mon blog rienquepourvous.net Et sur Learning apps
7. Il n'y a pas vraiment de domaine précis : grammaire, lecture, travail écriture…
8.Très bon moyen pour mettre les élèves au travail véritablement. Un peu chronophage peut-être. Cependant j'alterne car les élèves ne sont pas tous semblables. Certains ont du mal à s'adapter à la classe inversée.
9. Les principales limites sont humaines : certains élèves ont beaucoup de mal à s'adapter ils sont habitués à des cours plus conventionnels et peinent à sortir de ce schéma.
10. Globalement je pense que l'alternance de méthode permet de trouver un juste milieu et de ne pas trop frustrer les élèves.

V. Legrix
1. Je suis en lycée et je trouve qu'il est difficile de pratiquer la classe inversée, elle demande un gros travail en amont. Je ne me suis pas encore lancée... gros investissement du côté des élèves et en première : préparer le bac de français + TPE + bac sciences : quand ont ils le temps de travailler à la maison le cours ? Quand je vois leurs difficultés à être autonome, je me demande comment ils peuvent faire...
2. Peut-être est-ce plus facile en collège sans la pression du bac ?
7. Je pense qu'effectivement ces domaines permettent la classe inversée.
9. Dans mon lycée les collègues d'histoire géo pratiquent la classe inversée, les terminales s'en plaignent beaucoup car ils trouvent qu'ils ont trop à lire, trop de travail à la maison et perte de temps en classe avec les travaux de groupes... des collègues d'autres matières se plaignent du travail demandé.
J'ai suivi un MOOC sur la classe inversée (Canopé) et je dois avouer que je m'interroge.


> Autres contributions dans la rubrique « Méthodologie pour travailler autrement »

puce L'oral, on en parle ?
Par Véronique Guillaume, mis en ligne le 15-04-2019

puce Corriger avec plaisir/rapidité
Par Véronique Guillaume, mis en ligne le 10-03-2019

puce La classe inversée
Par Corinne Durand Degranges, mis en ligne le 13-02-2019



Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Adhérer à l'association - S'abonner au bulletin - Politique de confidentialité

© WebLettres 2002-2022 
Sécurisé par Positive SSL