banniere

L'espace visiteurs

[168] - L’accord du participe passé suivi d’un infinitif

Il s’agissait de savoir si, avec les nouvelles règles d’orthographe, le participe passé suivi d’un infinitif était désormais toujours invariable.

Synthèse mise en ligne par Valentine Dussert

 

L’accord du participe passé

- Les avis convergent pour dire que dans les nouvelles règles, seuls fait et laissé suivis d’un infinitif restent invariables. Pour les autres participes passés, on applique la règle habituelle.

- La question toutefois avait déjà été posée autrefois :

— Le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts Georges Leygues écrivait dès 1901 : « Pour le participe passé construit avec l’auxiliaire avoir, lorsque le participe passé est suivi soit d’un infinitif, soit d’un participe présent ou passé, on tolèrera qu’il reste invariable, quels que soient le genre et le nombre des compléments qui précèdent. » (Grévisse, p. 1158).

— Quelques années plus tard, il s’agit de consignes applicables « dans les examens ou concours dépendant du ministère de l’Éducation, qu’il s’agisse ou non d’épreuves spéciales d’orthographe », mais attention, « Cette disposition ne concerne pas les concours de recrutement du personnel enseignant » !
« Il ne sera pas compté de fautes aux candidats dans les cas visés ci-dessous :
Participe passé conjugué avec avoir et suivi d’un infinitif.
Les musiciens que j’ai entendus (entendu) jouer / Les airs que j’ai entendu (entendus) jouer.
L’usage veut que le participe s’accorde lorsque le complément d’objet direct se rapporte à ce participe et qu’il reste invariable lorsque le complément d’objet direct se rapporte à l’infinitif. On admettra l’absence d’accord dans le premier cas. On admettra l’accord dans le second, sauf en ce qui concerne le participe passé du verbe faire. »

— Cette règle apparaît en effet dans l’arrêté Haby du 28 décembre 1976, publié au Journal Officiel en 1977, qui fixe les tolérances grammaticales ou orthographiques lors des examens ou concours (brochure CNDP). Toutefois, selon un colistier, cet arrêté est bien antérieur à la loi Rocard de 1991 qui réglemente en France l’application des réformes orthographiques, et n’a jamais eu force de loi (il fut d’ailleurs ignoré).

— Un autre colistier conclut... Il existe deux arrêtés de 1900 et 1901, définissant une liste de tolérances orthographiques pour les examens et concours organisés par l’Éducation nationale. L’arrêté Haby de 1976 ne faisait que reprendre et élargir cette liste. Ni l’une ni l’autre de ces listes de tolérance n’a jamais été réellement appliquée. Pourtant, la première aurait dû s’appliquer de 1901 jusqu’à son remplacement en 1976, date à laquelle la nouvelle liste prenait le relais. Si on peut discuter à l’infini sur la « réforme » de 1990 - applicable ou non dans l’Education nationale (ce n’est pas au BO qu’elle est parue, mais au Journal officiel, et il s’agit d’un rapport faisant des recommandations) - le texte de 1976 est bien un texte réglementaire, dont l’application s’impose à tous... Il ne semble pas que ce soit le cas.

Sites internet sur les réformes orthographiques

- Le site de L’APARO, Association Pour l’Application des Recommandations Orthographiques.
- Le site d’information sur la nouvelle orthographe française officiellement recommandée.
- Le Rapport du conseil supérieur de la langue française publié dans les documents administratifs du Journal officiel du 6 décembre 1990.
- Une page de commentaires sur les débats sur l’accord du participe passé.
- Le programme Orthonet créé par le Conseil international de langue française, qui permet de poser des questions en ligne.
- Deux articles sur la nouvelle orthographe : L’Académie française et les recommandations orthographiques et Enseigner la nouvelle orthographe ?.


Ce document correspond à la synthèse de contributions de collègues professeurs de lettres échangées sur la liste de discussion Profs-L ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Ce texte est protégé par la législation en vigueur. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, il est protégé par les droits d’auteur en vigueur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.




Elizabeth Dumont

- Dernières publications :
[400] - Etudier Tartuffe
[399] - Œuvres d’accès facile (niveau seconde)
[312] - Textes sur la fonction et l’utilité de l’art
[280] - Les « Femmes libérées » au théâtre
[250] - L’Étrange, le fantastique, le thème du miroir









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 01-11-2004 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip