banniere

L'espace visiteurs

[332] - Méthode de la question sur corpus à l’écrit de l’E.A.F.

Il s’agissait de s’interroger sur la méthode à proposer aux élèves pour répondre à la question sur corpus à l’écrit de l’E.A.F. Attend-on une réponse synthétique, ou une analyse texte par texte ? Même si la plupart privilégient la synthèse, tous les professeurs et correcteurs ne semblent pas d’accord, et certaines annales proposent la réponse « texte par texte »... Que disent les instructions officielles ? Quel type d’introduction est attendu ? Quelle longueur pour l’ensemble de la réponse ?
Synthèse mise en ligne par Valentine Dussert.

 

Paroles « officielles »

- Voici la transcription de la trace écrite conservée suite à une rencontre avec un IPR évoquant cette question :
« La réponse à une question portant sur un corpus de textes doit être synthétique, et s’appuyer sur quelques citations bien choisies montrant que l’ensemble des textes a été étudié. L’erreur commune des professeurs de Lettres est de privilégier l’analyse au détriment de la synthèse, le détail au détriment de l’ensemble : cette démarche est erronée ! L’erreur repose semble-t-il sur un oubli (une méconnaissance ?) de ce que sont véritablement les processus de lecture et d’interprétation. C’est un choix de présentation rhétorique des résultats de la lecture que de faire émerger progressivement le sens global et l’interprétation d’ensemble en partant de l’examen du détail, d’un travail de repérage d’éléments textuels et stylistiques ; en fait, les choix qui président à cet examen myope du texte (le nez collé au texte) ne peuvent se fonder que sur une anticipation synthétique du sens et de l’interprétation, anticipation qui se fonde elle-même sur la connaissance d’ensembles infiniment plus vastes qui tiennent à l’intertexte et au contexte. »
- La lecture du Rapport d’évaluation de M. JORDY sur « la mise en œuvre du programme de français en classe de seconde » (essentiellement) est assez éclairante. Le rapport va dans le sens des propos tenus par cet IPR, et un certain nombre d’éléments concernant l’analyse des textes et leur explication sont tout à fait enrichissants sur le plan de la pratique pédagogique. Résumé du passage concernant cette épreuve de l’E.A.F. :
(1) L’essentiel est que les textes soient d’une façon ou d’une autre mis en relation (quand la question le permet), présentation synthétique ou successive ;
(2) la mise en relation peut se faire au cours des analyses ou dans la conclusion ;
(3) l’intro présente rapidement les textes (auteur, source) et la question : c’est juste pour informer un lecteur qui n’aurait pas le corpus sous les yeux ;
(4) la concision est un enjeu important de cet exercice, donc il n’y a pas à attendre de citations.

Analyse ou synthèse ? Remarques des colistiers

- Dans les diverses réunions auxquelles nous avons été conviés pour la mise en place des nouvelles épreuves de L’E.A.F., il a été dit que la réponse devait être synthétique.
- L’examen des sujets montre cependant qu’une réponse synthétique n’est pas toujours possible : on peut alors préciser aux élèves que les textes, quoi qu’il en soit, doivent toujours être abordés dans une perspective de confrontation (c’est la raison d’être du corpus !).
- Il semble qu’il faille encourager les élèves à passer à l’abstraction et à rédiger une réponse synthétique, sauf si la question réclame explicitement une analyse texte par texte (ce qui peut arriver). C’est la consigne habituelle lors des réunions de pré-correction en fin d’année, mais elle ne semble pas apparaître dans les Instructions Officielles.
- Tout dépend du libellé de la question, et il faut insister auprès de mes élèves pour qu’ils analysent bien ce libellé qui va déterminer l’organisation de leur réponse. Exemples :
*(Pondichéry Juin 2002) « En comparant ces quatre textes vous dégagerez les éléments caractéristiques d’une scène d’exposition ». Ce sujet demande de toute évidence qu’on organise la réponse autour des caractéristiques de la scène d’exposition et non de chacun des textes.
*(Asie, session 2002) « Ces trois extraits développent-ils une même définition de la langue poétique ? » Avec ce sujet les deux types de plans sont possibles : points communs et différences, ou étude texte par texte suivie d’une conclusion rappelant les points communs et les différences.
*(Autre sujet) : « Quel est le registre dominant de chacun des deux textes ? Retrouve-t-on ces mêmes registres dans l’extrait qui accompagne le document iconographique ? » Ici la seule possibilité est l’approche texte par texte.

Longueur de la réponse. Remarques des colistiers

- Au départ, il a été dit dans les réunions que la réponse ne devait pas dépasser une page, compte tenu du nombre de points qui lui est attribué.
- Il est impératif d’inviter les élèves à apprendre la concision ; certaines copies de L, au bac, traitent plus longuement la question préalable que le sujet d’écriture dite « longue »...
- En 2004, sur le sujet des séries technologiques, il était précisé : « Votre réponse ne devra pas excéder ½ à 1 page maximum »... mais comparer trois textes en ½ page, en justifiant, est-ce possible ?

La présence d’une introduction. Remarques des colistiers

- Il semble possible de n’exiger qu’une phrase d’introduction, pour situer le propos (reprise du mot-clé de la question) : il s’agit d’être efficace rapidement.
- Il n’y a malheureusement jamais aucune réponse claire des I.O. sur des points techniques ; l’an dernier dans notre académie, en séries technologiques, on comptait 2 points sur 6 aux élèves qui avaient fait une intro avant de commencer à répondre aux questions sur corpus, du genre : « ce corpus et composé de trois textes, le premier est de... » ; mais est-il noté quelque part dans les Instructions qu’il faille demander aux élèves de faire de telles introductions ?

A propos des citations. Remarques des colistiers

- Évidemment, on ne saurait pénaliser une réponse qui en fait. Mais il faut donner une certaine cohérence, au niveau de notre enseignement, aux exercices de l’écrit EAF, entre eux : il y a déjà un autre exercice qui fait appel à cette compétence et qui l’évalue (savoir citer + commenter une citation), le commentaire. Alors si on veut bien accepter l’idée que chaque exercice se justifie parce qu’il explore et sollicite des compétences spécifiques...
- Mais les citations sont essentielles car elles ont pour fonction d’illustrer le propos... Certains demandent même aux élèves d’analyser quelques procédés littéraires, si la question s’y prête... Les pratiques sont donc très diverses !

A titre indicatif, un exemple de grille d’évaluation d’un colistier

- 1. Textes tous pris en compte.
- 2. Pas d’erreurs de compréhension.
- 3. Textes mis en relation quand c’est possible.
- 4. Analyses pertinentes.
- 5. Réponse organisée logiquement.
- 6. Expression maîtrisée.

Combien de temps consacrer à la question (ou aux questions) sur le corpus ?

Les colistiers ont répondu en général entre une heure et une heure et quart.
Toutefois, certains colistiers ont fait remarquer que c’était un peu long pour le nombre de points en jeu (4 en section littéraire et générale, six en section technologique). Ils ont proposé de ne consacrer à cette étape du devoir que 45 minutes, une heure au maximum.


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur Profs-L (liste de discussion des professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.
Pour tout renseignement : Contact




Solyane Giraud

- Dernières publications :
[332] - Méthode de la question sur corpus à l’écrit de l’E.A.F.
[198] - Nouvelles pour les Secondes









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 01-11-2004 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip