banniere

L'espace visiteurs

[422] - Conter et compter

Il s’agissait de comprendre comment s’est établie la différence d’écriture entre « conter » et « compter ».
Synthèse mise en ligne par Corinne Durand Degranges

 

Étymologie de « conte »
- Les mots « compte » et « conte » ont en français la même prononciation. Or, on constate que cette correspondance existe pratiquement dans toutes les langues. En anglais, compter : « to count », conter : « to recount ». En allemand, compter : « zahlen », conter : « erzählen ». En hébreu, conter : « le saper », compter : « lispor ». En chinois, compter : « shu, », conter : « shu. ».

Conter et compter
- Latin computare : calculer.
Ancien français : conter qui cumule les sens de « raconter » et de « calculer ».
Le lien commun entre les deux sens est la notion d’ « énumérer ». Quand le chroniqueur Robert de Clari s’émerveille naïvement des splendeurs de Constantinople, il emploie le verbe conter, sans qu’on puisse exactement savoir s’il s’agit d’énumérer les édifices ou de les raconter (c’est-à-dire de les décrire). Ou plutôt, dans sa mentalité, plus concrète que la nôtre, les deux notions n’en font qu’une.
[Les premiers signes écrits sont des comptes agricoles. Les tablettes d’Uruk, qui datent du IVe millénaire avant J.C., portent des inscriptions gravées pour lister et compter les sacs de grains, les têtes de bétail et autres biens. Les cailloux (du mot latin calculus) ont permis de compter, d’énumérer et de mémoriser. Les pierres et tablettes gravées nous racontent aujourd’hui l’histoire des Sumériens et des Akkadiens, des Égyptiens ou des Chinois, une longue histoire qui conte et compte le nombre d’esclaves, les transactions, les récoltes, bref la vie.
Du compter au raconter, il n’y a qu’un pas. Aux listes d’objets vinrent s’ajouter celles des personnes puis des événements. Inventaires, listes de rois, annales, généalogies, chroniques. L’écriture, celle des chiffres et des lettres, stocke et structure à la fois l’information.
« Les Sumériens usèrent d’abord de leur écriture pour classer des phénomènes d’observation plutôt que pour exprimer des pensées abstraites. Leurs listes, composées selon des ordres divers, parmi lesquels l’ordre chronologique, servirent bientôt à enregistrer des événements quotidiens ou des faits en rapport à une situation donnée. »]
Plus tard, on a distingué conter « raconter », « rendre compte » et « conter calculer ». Au XVIIe, le flottement entre les deux acceptions a réellement cessé avec « compter = calculer » (on ajoute le "p" par réfection savante) et « conter = narrer ».
On retrouve l’étymologie dans le terme COMPTINE. A l’origine, une comptine est une chanson enfantine qui permet, en comptant les syllabes, de déterminer un tour, un rôle. Ainsi, le célèbre « Am stram gram, piké, piké, kolégram » serait une vieille comptine germanique « Ein, zwei, drei.. »
NB : sur le fameux « dizaïn » - Dessein et dessin. Ces deux mots ont été empruntés à l’italien designo qui a les deux sens. Au XVIe siècle et dans la plus grande partie du XVIIe siècle, on a écrit dessein pour les deux acceptions. Puis pour la représentation matérielle, on a choisi l’orthographe dessin.


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur Profs-L (liste de discussion des professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.
Pour tout renseignement : Contact




- Dernières publications :
[422] - Conter et compter









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 13-03-2008 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip