WebLettres : Dossiers et synthèses

Localisation dans les rubriques :
Les synthèses des listes collège et lycée Les synthèses de la liste Profs-L


Article : [913] - L’ivresse dans l’art et la littĂ©rature


vendredi 3 janvier 2014

Par François Freby

Il s’agissait de trouver des textes oĂą un personnage est ivre ou gris.
Synthèse mise en ligne par Murielle Taïeb.

Pièces de théâtre

  ANOUILH J., La RĂ©pĂ©tition ou l’Amour puni
  BEAUMARCHAIS P.-A., Le Barbier de SĂ©ville
A la scène 12 de l’acte II, le comte, dans le but de communiquer avec Rosine se prĂ©sente « en uniforme de cavalerie, ayant l’air d’ĂŞtre entre deux vins et chantant : "RĂ©veillons-la, etc." ». Il tient ainsi un double discours, l’un Ă  voix haute Ă  Bartholo, l’autre Ă  Rosine. Cette fausse ivresse continue en II, 13 et 14 et Lindor (le comte) tente de faire passer une lettre Ă  Rosine tout en affirmant Ă  Bartholo qu’il a un ordre le logeant chez lui. L’ivresse est ici Ă  la fois un procĂ©dĂ© dramatique, elle permet de faire avancer l’action en faisant passer la lettre, et un procĂ©dĂ© comique, elle permet au comte de dire ce qu’il veut et d’insulter Bartholo.
  BRECHT B., MaĂ®tre Puntila et son valet Matti
Toute cette pièce est construite sur la dualitĂ© du propriĂ©taire terrien Puntila : lorsqu’il a bu, il se comporte avec humanitĂ©, se montre doux et prĂ©venant envers les autres, ouvrant aussi bien son cĹ“ur que sa bourse ; mais dès qu’il est Ă  jeun, il retrouve toutes les mauvaises qualitĂ©s du capitaliste, en se comportant de façon odieuse et dure envers ses proches. L’ivresse a une fonction comique (la pièce est vraiment comique !), satirique (le maĂ®tre est ridiculisĂ©, tient des propos contre lui-mĂŞme et contre sa position sociale, lorsqu’il est ivre) et donc soutient la portĂ©e politique de cette pièce qui s’achève par ces paroles rĂ©volutionnaires du valet Matti : « Un bon maĂ®tre, [les valets de Puntila] en auront un / Dès que chacun sera le sien. » Remarque : le personnage de Puntila peut faire penser au millionnaire du film Les Lumières de la ville de Chaplin, qui est triste, suicidaire quand il est sobre, et gai, gĂ©nĂ©reux quand il est ivre.
  FEYDEAU G., La Dame de chez Maxim
Dans un registre franchement comique, bonnes scènes, dont le dĂ©but de cette pièce avec un rĂ©veil très drĂ´le après une « cuite » d’un jeune homme de bonne famille qui trouve dans son lit une fille très inattendue.
  GRANOUILLET G., Les anges de Massilia
Un tableau où les personnages sont grisés, perdus au milieu de la peste qui sévit.
  HUGO V., Ruy Blas
Dans tout l’acte IV, Don CĂ©sar est ivre, accumulation comique de surprises et de malentendus, mais l’issue de ses bĂ©vues vineuses sera tragique pour Ruy Blas et la Reine...
  IONESCO E., RhinocĂ©ros
Dans la scène d’exposition, le personnage de BĂ©renger est gris. Jean lui reproche son alcoolisme et se pose en exemple. La scène rĂ©vèle le caractère des deux personnages ; l’intransigeance de Jean annonce sa transformation en rhinocĂ©ros.
  MARIVAUX P., L’Ile des esclaves
L’exposition oĂą le valet Arlequin n’est pas ivre Ă  proprement parler mais la seule chose qu’il a sauvĂ©e du naufrage est sa bouteille Ă  laquelle il s’accroche fermement et qu’il ne veut guère partager.
  MOLIERE, Le MĂ©decin malgrĂ© lui
La scène 5 de l’acte I oĂą Sganarelle entre en chantant et en buvant et fait l’Ă©loge de sa bouteille en la personnifiant comme une femme aimĂ©e.
  MUSSET A. de, Fantasio
A la scène 2 de l’acte I, le personnage Ă©ponyme s’enivre sous le coup d’un dĂ©sespoir oĂą l’on reconnaĂ®t le mal du siècle. C’est donc en Ă©tat d’ivresse qu’il prend une dĂ©cision - qui lance l’action de la comĂ©die - dont il se fĂ©licitera : occuper la place du bouffon du palais qui vient de dĂ©cĂ©der, dans le royaume de Bavière ; il y trouve une libertĂ© de parole semblable Ă  celle de l’ivresse, oĂą s’Ă©panouit la fantaisie dĂ©sabusĂ©e de Musset.
  MUSSET A. de, Les Caprices de Marianne
Le personnage d’Octave : l’ivresse le campe en personnage dĂ©voyĂ© mais plaisant (acte I, scène 1).
  MUSSET A. de, Lorenzaccio
Le personnage de Lorenzo : l’ivresse et la dĂ©bauche sont une feinte pour assassiner le duc.
  MUSSET A. de, On ne badine pas avec l’amour
Tout au long de la pièce, l’ivrognerie des reprĂ©sentants de la religion et/ou d’une certaine « Ă©ducation » (maĂ®tre Blazius et maĂ®tre Bridaine) participe de la satire anticlĂ©ricale et/ou contre le pĂ©dantisme qu’affectionne Musset.
  OBALDIA R., Deux femmes pour un fantĂ´me
Au dĂ©but, Brigitte seule en scène se sert une copieuse rasade de gin et devient assez exubĂ©rante dans l’anticipation du dialogue qu’elle aura bientĂ´t avec sa rivale. Elle fait quelques gestes bizarres, comme dĂ©poser ses chaussures sur la table, devient expansive dans sa parole. L’enjeu dramatique de la scène est la crĂ©dibilitĂ© des arguments que cette femme se prĂ©pare Ă  employer, en mĂŞme temps que la maĂ®trise de ses Ă©motions. Le texte est dans les Annales de 2006 sur le site Magister de Philippe Lavergne.
  O’CASEY S., Junon et le paon (Juno and the paycock)
L’histoire d’une famille brisĂ©e par la rĂ©volution irlandaise. La scène d’ivresse du père, dans ce mĂ©lodrame naturaliste, a quelque chose de shakespearien : un songe plein de bruit et de fureur racontĂ© par un idiot.
  SHAKESPEARE W., Othello
Shakespeare se sert de l’ivresse provoquĂ©e de Cassio pour initier sa chute et faciliter la dĂ©gradation de DesdĂ©mone aux yeux du Maure de Venise. Iago a inoculĂ© des soupçons, dans l’esprit d’Othello, selon lesquels son lieutenant Cassio serait l’amant de son Ă©pouse. Ainsi, Ă  la scène 3 de l’acte II, le diabolique Iago incite Cassio Ă  s’enivrer de sorte qu’il commette un impair. Et en effet, Cassio devient querelleur alors qu’Othello lui avait confiĂ© le commandement Ă  Chypre tandis qu’il se dĂ©lassait. Cassio se bat contre un homme de son Etat, un VĂ©nitien. Othello dĂ©met alors Cassio de son grade d’officier. Iago avait prĂ©vu que DesdĂ©mone, l’Ă©pouse d’Othello, intercĂ©derait vivement en faveur du lieutenant dĂ©gradĂ©. Les interventions rĂ©itĂ©rĂ©es de DesdĂ©mone accroissent les soupçons d’Othello. Au-delĂ  de ce rĂ´le de l’ivresse, qui est donc une pĂ©ripĂ©tie importante, Shakespeare donne ici une image dĂ©valorisante de l’homme ivre, avec, entre autres jugements pĂ©joratifs, ces regrets de Cassio : « Faut-il que les hommes s’introduisent un ennemi dans la bouche pour qu’il leur vole la cervelle ! »
  SHAKESPEARE W., Henry IV et Les joyeuses Commères de Windsor
Le personnage de Falstaff est un ivrogne.
  VON HOVARTH O., Casimir et Caroline
La grande ivresse au cours de la fête de la bière à Munich.

RĂ©cits

  La Bible : l’ivresse de NoĂ©, aux terribles consĂ©quences pour l’un de ses fils, Cham... Un jour que son père Ă©tait ivre, Cham le vit nu et en informa ses frères, qui le rhabillèrent en lui tournant le dos. Lorsqu’il eut dĂ©cuvĂ©, NoĂ© maudit Canaan, fils de Cham, en le dĂ©clarant serviteur de Sem. On appelle souvent cet Ă©pisode la MalĂ©diction de Cham.
  BLONDIN A., Un singe en hiver
La totalité de ce roman est consacrée à deux alcooliques indécrottables.
  BUCHOWSKY C., Pulp, Women
Un pro de l’ivresse. Voyez ce qu’il fit chez Bernard Pivot en 1978 : http://www.youtube.com/watch?v=r_FmMqMu_9k Une citation dans Women : « C’est ça le problème avec la gnĂ´le, songeai-je en me servant un verre. S’il se passe un truc moche, on boit pour essayer d’oublier ; s’il se passe un truc chouette, on boit pour le fĂŞter, et s’il ne se passe rien, on boit pour qu’il se passe quelque chose. »
  CARRERE E., Limonov
De nombreuses pages oĂą Limonov boit jusqu’Ă  l’ivresse (il parle mĂŞme de ces sortes de jeux russes).
  CHABALIER H., Le Dernier pour la route (2004)
Un témoignage contemporain, adapté au cinéma dans un film interprété par François Cluzet.
  DARD F., Fleur de nave vinaigrette
BĂ©rurier ivre tĂ©lĂ©phone du Japon Ă  sa femme pour lui dire qu’il la quitte pour une AmĂ©ricaine rencontrĂ©e par hasard. Ayant dessaoulĂ© il se ravise ; mais Berthe meurtrie lui promet une raclĂ©e Ă  son retour.
  DIDEROT D., Jacques le Fataliste
Le rĂ©cit que fait l’hĂ´tesse des aventures de Mme de la Pommeraye et du marquis des Arcis se dĂ©roule alors que Jacques et son maĂ®tre Ă©clusent au moins quatre bouteilles d’excellent champagne. Jacques est ivre. Son maĂ®tre a la tĂŞte « un peu chaude ».
  DOSTOIEVSKI F., Crime et châtiment
  DOUBROVSKY S., Le Livre BrisĂ©
Autofiction (Prix MĂ©dicis) oĂą l’auteur dĂ©peint sa relation passionnelle avec Ilse, qui finit par mourir d’un coma Ă©thylique lors de l’une de ses absences. Sur le plateau d’Apostrophes, l’auteur fut implicitement accusĂ© de meurtre/ Ă  tout le moins d’immoralitĂ©, puisque n’hĂ©sitant pas Ă  faire un livre de ce sujet scandaleux (l’alcoolisme de la femme aimĂ©e). L’Ă©criture est tout Ă  fait singulière mais sans doute intĂ©ressante Ă  exploiter avec des Ă©lèves (en Ă©vitant les passages trop crus).
  DURAS M., Moderato Cantabile
L’ivresse de l’hĂ©roĂŻne lui permet de voir avec luciditĂ© le ridicule du dĂ®ner bourgeois familial auquel elle assiste de retour du cafĂ© oĂą elle a rencontrĂ© un homme (cf. la scène du saumon).
  ROCHEFORT C., Le Repos du guerrier (1958)
Roman adaptĂ© au cinĂ©ma par Vadim, une petite bourgeoise tombe follement amoureuse d’un homme qui se dĂ©truit par l’alcool.
  TOLSTOI L., Anna KarĂ©nine ou Guerre et paix
L’alcool est partout prĂ©sent. Dans Guerre et Paix par exemple le sacripant qui vole Natacha au prince AndrĂ© fait au dĂ©but du roman le pari de boire une bouteille de vodka sur le rebord d’une fenĂŞtre et y parvient de justesse.
  VIAN B., J’irai cracher sur vos tombes
Ce roman contient d’assez nombreuses scènes mĂŞlant ivresse et sexualitĂ©.
  ZOLA E., L’Assommoir
La dĂ©chĂ©ance de Coupeau, la tragĂ©die de Gervaise, la violence meurtrière du père de Lalie... L’Ă©tude naturaliste de l’alcoolisme contribue Ă  poser la question sociale.

Remarque : L’ivresse en littĂ©rature doit se trouver dans la « beat littĂ©rature » accompagnĂ©e de drogues diverses et de musiques planantes. Fonction : le rĂ©alisme pour une certaine gĂ©nĂ©ration souvent biturĂ©e, le cĂ´tĂ© rock’n roll de cette ivresse et le romantisme noir qui en dĂ©coule : ĂŞtre toujours ivre pour fuir un monde dĂ©primant, pour accĂ©der aux portes des nouvelles sensations etc. Beaucoup d’alcool aussi dans les romans noirs : souvent le hĂ©ros se saoule pour supporter son mĂ©tier de policier ou de dĂ©tective privĂ©, pour supporter que de très jeunes filles soient violĂ©es par des hommes âgĂ©s.

Essais

  MONTAIGNE M. de, Essais (II, 2), « Sur l’ivrognerie » (traduction d’AndrĂ© Lanly)
« Le pire Ă©tat de l’homme, c’est quand il perd la connaissance et le contrĂ´le de lui-mĂŞme », Ă©crit Montaigne mais l’attaque contre ce vice, dans l’ensemble de ce chapitre, est modĂ©rĂ©e par quelques nuances et distinctions. L’Ă©dition d’AndrĂ© Lanly signale en note : « La source principale de cet Essai est SĂ©nèque, en particulier Lettres Ă  Lucilius, LXXXIII et De Tranquilitate animi. »
  NIETZSCHE F., Le CrĂ©puscule des Idoles , « Flâneries inactuelles » 8 et 9
L’ivresse comme facteur esthĂ©tique.
  NOURRISSON D., Crus et cuites. Histoire du buveur
PrĂ©sentation sur le site de France Culture : https://www.franceculture.fr/emission-l-essai-et-la-revue-du-jour-histoire-du-buveur-revue-le-rouge-le-blanc-2013-07-12

Poèmes

  APOLLINAIRE G., Alcools, « Nuit rhĂ©nane », « VendĂ©miaire »
  BAUDELAIRE, Les Fleurs du Mal, Section « Le Vin »
Cinq poèmes dont « Le vin des amants », « Le vin des chiffonniers », « L’âme du vin », « Enivrez-vous »...
  CHENIER A., PoĂ©sies antiques, « Bacchus »
  NERUDA P., Odes Ă©lĂ©mentaires et Nouvelles Odes Ă©lĂ©mentaires, « Oda al vino »
  RABELAIS F., Cinquième Livre, « La dive bouteille »
Poème à la gloire du vin.
  RIMBAUD A., Illuminations, « MatinĂ©e d’ivresse »

Chansons

  BRASSENS G., Les Copains d’abord, « Le grand Pan »
  DIMEY B., « Ivrogne et pourquoi pas ? »
  KNX Crew, Le Futur est caniche, « La fièvre du dimanche matin »

Films

  BLIER B., Notre histoire (1984)
  GODEAU P., Le Dernier pour la route (2009)
  LAUTNER G., Les Tontons flingueurs (1963)
Le film est adaptĂ© du roman Grisbi or Not Grisbi d’Albert SIMONIN.
  VADIM R., Le Repos du guerrier (1962)
  VERNEUIL H., Un Singe en hiver (1962)

Tableaux

  CARAVAGE M., Bacchus
Visage dĂ©senchantĂ© de l’ivresse
  VINCI L. de, Bacchus

Ressources complémentaires

  Sur le site Le guichet du savoir, a Ă©tĂ© posĂ©e la question suivante : « Je cherche des scènes de théâtre (français et Ă©tranger de toute Ă©poque) dans lesquelles le vin, ou l’ivresse est prĂ©sente. » RĂ©ponse : http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=48228
  Une sĂ©lection d’auteurs chantant le vin, sur le site de Château Corbiac : http://www.corbiac.com/vin/poems.html

Synthèses utiles

[148] Le Vin
[105] Le thème de l’alcoolisme


Ce document constitue une synthèse d’Ă©changes ayant eu lieu sur Profs-L (liste de discussion des professeurs de lettres de lycĂ©e) ou en privĂ©, suite Ă  une demande initiale postĂ©e sur cette mĂŞme liste. Cette compilation a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni Ă  titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protĂ©gĂ© par la lĂ©gislation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion Ă 
des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.

©WebLettres
Pour tout renseignement :

Contact

- Dernières publications de François Freby :

[1065] - Apprécier notre monde à sa miraculeuse valeur

[1 007] - Duels argumentatifs dans la littérature

[1 006] - Le mythe de la tour de Babel

[967] - Phrases cĂ©lèbres et Question de l’Homme

[946] - La solitude en poésie



- Les derniers articles dans la même rubrique :

[1 205] - Les manipulations grammaticales

[1 204] - Le travail comme Ă©mancipation

[1 203] - Inciter Ă  la lecture



Si vous souhaitez publier une synthèse,
merci de contacter directement Corinne Durand Degranges.
Si vous souhaitez proposer un article, utilisez cette page : https://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Adhérer à l'association - S'abonner au bulletin - Politique de confidentialité

© WebLettres 2002-2024 
Positive SSL