WebLettres classiques

Tite Live, Livre XXX : Aide à la lecture du § 15 (texte + grammaire)


SOMMAIRE :  ▶ Chapitre 12 ▶ Chapitre 13 ▶ Chapitre 14 - Chapitre 15 -  ▶ Chapitre 16 ▶ Chapitre 17


Masinissae haec audienti non rubor solum suffusus [est]
sed lacrimae etiam obortae [sunt];
et
          cum
                    se quidem in potestate futurum [esse] imperatoris
          dixisset
          orassetque eum
                    ut
                              quantum res sineret
                    fidei suae temere obstrictae consuleret
                              --promisisse enim
                                        se in nullius potestatem eam traditurum [esse]--
ex praetorio in tabernaculum suum confusus concessit.
ibi
          arbitris remotis
          cum crebro suspiritu et gemitu,
                    quod facile ab circumstantibus tabernaculum exaudiri posset,
          aliquantum temporis consumpsisset,
          ingenti ad postremum edito gemitu
fidum e seruis unum uocat,
          sub cuius custodia regio more ad incerta fortunae uenenum erat,
et
          [eum] mixtum in poculo ferre ad Sophonibam
iubet
          ac simul nuntiare
                    Masinissam libenter primam ei fidem praestaturum fuisse
                              quam uir uxori debuerit:
                              quoniam eius arbitrium
                                        qui possint
                              adimant,
                    secundam fidem praestare
                              ne uiua in potestatem Romanorum ueniat.

quod ... posset : l'accord du relatif devrait être au masculin. Il faut comprendre, avec le neutre, "chose qui"; Le subjonctif s'explique par une nuance consécutive plus que par l'attraction modale.
sub cuius custodia erat : l'indicatif dans la relative insiste sur le fait, et son caractère conforme aux attentes.
praestaturum fuisse : dans les propositions infinitives, l'infinitif futur sert à la fois à marquer le futur ou le potentiel, la forme -urum fuisse sert à marquer l'irréel (du présent ou du passé). v plus bas morituram fuisse.
debuerit : transposition au subjonctif parfait, du fait du discours indirect, de debuit, parfait de l'indicatif à valeur d'irréel du passé pour les verbes modaux (ET p. 247-248). Il en est de même pour "quam necesse fuerit" v. plus bas.
eius arbitrium : eius = eius rei : son pouvoir de décision sur ce point.

                    memor patris imperatoris patriaeque et duorum regum
                              quibus nupta fuisset,
                    sibi ipsa consuleret.

quibus nupta fuisset : c'est un fait, mais on est au discours indirect.
consuleret : transposition au discours indirect d'un impératif. La concordance des temps au discours indirect est très irrégulière. (v. phrase précédente).

          Hunc nuntium ac simul uenenum ferens minister
          cum ad Sophonibam uenisset,
          'accipio'
inquit
          'nuptiale munus,
          neque ingratum,
                    si nihil maius uir uxori praestare potuit.
          hoc tamen nuntia,
                    melius me morituram fuisse
                              si non in funere meo nupsissem.'

nisi et si non dans les conditionnelles : en langue classique (Bizos p. 122; ET p.384) : nisi s'emploie à la place de si...non dans le cas où il signifie " à moins que", "excepté que" ; si...non s'emploie à la place de nisi pour nier une supposition ou pour insister sur la négation.
Le premier si, auquel répond un tamen, est nettement concessif. Nisi ne serait pas possible.
Dans le second cas, où l'on a affaire à une vraie conditionnelle, il faut se référer à un fait stylistique et/ou de statistique lexicale : Tite-Live emploie beaucoup plus fréquemment si..non que nisi. cf. cependant XVII : "nisi molestum esset"
v. plus haut sur l'expression de l'irréel du passé dans l'infinitive.

non locuta est ferocius
          quam acceptum poculum
                    nullo trepidationis signo dato
          impauide hausit.
          quod ubi nuntiatum est Scipioni,
                    ne quid aeger animi ferox iuuenis grauius consuleret
accitum eum extemplo
nunc solatur,
nunc
          quod temeritatem temeritate alia luerit
          tristioremque rem
                    quam necesse fuerit
          fecerit
leniter castigat.

necesse fuerit : transposition de necesse fuit, verbe modal à valeur d'irréel du passé (v. plus haut).

postero die
          ut a praesenti motu auerteret animum eius,
in tribunal escendit
et
          contionem aduocari
iussit.
ibi Masinissam,
        primum regem appellatum
        eximiisque ornatum laudibus,
aurea corona aurea patera sella curuli et scipione eburneo toga picta et palmata tunica donat.

Les 6 cadeaux vont par deux : l'absence de coordination explicite exprime l'accumulation. Les "et" relient les couples de cadeaux qui vont ensemble.

addit uerbis honorem:
          neque magnificentius quicquam triumpho apud Romanos [esse]
          neque triumphantibus ampliorem eo ornatum esse
                    quo unum omnium externorum dignum Masinissam populus Romanus ducat.

uerbis : ablatif et non datif.
eo = complément du comparatif ampliorem
quo : relatif à l'ablatif, complément de l'adjectif dignum, lui-même attribut du COD Masinissa ; unum omnium externorum est apposé à Masinissa
Le subjonctif dans la relative n'est pas purement un mécanisme de discours indirect : il a une valeur consécutive.

Laelium deinde et ipsum conlaudatum aurea corona donat;
et alii militares uiri,
          prout a quoque nauata opera erat,
donati [sunt].
his honoribus mollitus [est] regis animus
erectusque [est] in spem propinquam
          sublato Syphace
omnis Numidiae potiundae.

Le verbe potior a une forme de gérondif en -undus au lieu de -endus. Gérondif au génitif, complément du nom spem.


SOMMAIRE :  ▶ Chapitre 12 ▶ Chapitre 13 ▶ Chapitre 14 - Chapitre 15 -  ▶ Chapitre 16 ▶ Chapitre 17


Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Adhérer à l'association - S'abonner au bulletin - Politique de confidentialité

© WebLettres 2002-2021 
Sécurisé par Positive SSL