banniere

L'espace visiteurs

[440] - Les plus désespérés sont les chants les plus beaux

Il s’agissait de trouver des poèmes qui illustrent ce vers de MUSSET dans La Nuit de Mai, « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux ».
Synthèse mise en ligne par Valentine Dussert.

 

Textes et références

- ARAGON L., « Absent de Paris », VI (pour une allusion au vers de Musset) :
Poésie ô danger des mots à la dérive
(...)
On demande l’espoir du côté de Vincennes
Et je veux que l’espoir ait l’accent du midi
Les chants désespérés Niez ce qu’on en dit
N’ont que faire aujourd’hui sur les bords de la Seine

- ARVERS F. (1806-1850), sonnet imité de l’italien, « Mon âme a son secret, ma vie a son mystère », in Mes heures perdues.
- CORBIERE T. (1845-1875), « Sonnet avec la manière de bien s’en servir ».
- GAUTIER T. (1811-1872), « Le pin des Landes », in Espana.
- RILKE R. M., Lettres à un jeune poète, notamment cet extrait souvent donné aux élèves.
- SAINT-AMANT (de) M.-A. (1594-1661), sonnet inachevé, « Fagoté plaisamment comme un vrai Simonnet ».
- STAËL (de) G., Corinne ou l’Italie (certaines lettres illustrent par leur accent et leur poéticité, ce propos).
- VILLON F., « La Ballade des pendus ».
- Le sujet est traité dans La Dissertation littéraire générale de CHASSANG et SENNINGER (voir le sujet n°29 p. 247).
- Voir aussi la chanson de Zazie « Rien sur toi » dont on peut trouver les paroles sur le net.

Compléments sur la citation

- Il serait bon de faire référence à l’origine de ce vers et de comparer les problématiques : Musset a purement et simplement traduit un vers de Percy Bysshe SHELLEY, tiré de « To a Skylark » dont voici un extrait :
We look before and after,
And pine for what is not :
Our sincerest laughter
With some pain is fraught ;
Our sweetest songs are those that tell of saddest thought.

Mary SHELLEY, sa femme, précise : « It was on a beautiful summer evening [en 1820], while wandering among the lanes whose myrtle hedges were the bowers of the fire-flies, that we heard the carolling of the skylark which inspired one of the most beautiful of his poems." Il faut lire tout le poème pour saisir le sens de ce passage : l’oiseau jouit parfaitement du simple bonheur d’exister — nulle « shadow of annoyance » en lui —, et rend heureux ceux qui jouissent de son chant, mais l’homme ne peut éviter d’être dans la peine, du fait de sa finitude et des contingences... On voit que la problématique du poème de SHELLEY n’est pas celle de « la nécessité du tourment pour la création littéraire ». On peut aussi consulter une explication (en anglais) du poème sur le site The Literary Encyclopedia.
- Enfin, si l’on évoque le vers de Musset qui suit celui qui nous concerne ici, c’est l’occasion d’indiquer la plaisanterie favorite des passementiers du Quai Conti : « Et j’en sais d’Immortels qui sont de purs sans gland. » !


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur Profs-L (liste de discussion des professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.




Eric Schwald

- Dernières publications :
[729] - Romantisme, peinture, architecture et musique
[728] - Chansons engagées modernes
[440] - Les plus désespérés sont les chants les plus beaux
[386] - Comment lire La Fontaine ?









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 01-11-2004 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip